Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Cartographier les coraux profonds de l'Atlantique pour mieux les protéger




Une équipe européenne vient de passer un mois en mer pour mieux connaître et cartographier les coraux profonds du golfe de Gascogne et de l'ouest de l'Irlande, des écosystèmes importants de la vie sous-marine fragilisée par l'acidification des océans et la pêche profonde.
Ces observations "fourniront des données et indicateurs nécessaires à la mise en place de mesures de gestion et de protection de ces habitats vulnérables, comme le classement de zones en aires marines protégées", a souligné mardi l'Ifremer en dressant le bilan de cette campagne.
Au total, une quarantaine de scientifiques de neuf nationalités différentes ont participé du 9 septembre au 11 octobre à la campagne BobEco à bord d'un navire équipé d'un robot permettant d'aller explorer les grands fonds.
Pour la partie française, dix canyons ont été explorés dont quatre où "aucune observation n'avait été rapportée à ce jour", dans les canyons dits de Douarnenez, Crozon, Petite Sole et Sorlingues.
"On partait d'une connaissance très imparfaite des coraux dans le golfe de Gascogne. On savait qu'il y en avait, mais on savait peu où ils étaient localisés", indique à l'AFP la biologiste Sophie Arnaud, chef de mission, notant que "notre connaissance reste très fragmentaire" malgré ces découvertes.
"On s'intéresse à ces écosystèmes car les coraux constituent un habitat pour un grand nombre d'invertébrés, de type oursins, éponges, crustacés, jusqu'aux poissons. Un grand nombre de poissons des profondeurs semblent associés à ces structures" comme l'empereur, la baudroie et la lingue, a-t-elle ajouté.
"Ils représentent un intérêt patrimonial, éco-systémique et vis-à-vis de l'halieutique", a précisé cette scientifique de l'Ifremer à Brest, ajoutant que les récifs coralliens observés se situaient entre 700 et 1.200 m de profondeur.
En dépit de leur éloignement des côtes, les coraux profonds, aussi appelés "coraux d'eau froide", qui se développent dans une température comprise entre 2 et 14 C, sont aujourd'hui menacés: ils sont victimes de la pêche profonde, abîmés par les chaluts, de l'exploitation pétrolière et de l'acidification des océans, lié aux émissions croissantes de CO2, selon Mme Arnaud.
Cette campagne menée dans le cadre du programme européen CoralFish est une nouvelle étape doit permettre, à terme, de définir des zones stratégiques qui devront, "au moins partiellement", bénéficier de mesures de protection.
S'ils sont mal connus en France, les coraux profonds sont en revanche déjà étudiés depuis plus de dix ans en Irlande "où certains récifs font déjà l'objet de mesures de protection", a souligné l'Ifremer.

Libé
Jeudi 20 Octobre 2011

Lu 431 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs