Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Carrie Fisher Une étoile s’est éteinte




Carrie Fisher, l'inoubliable princesse Leia de "Star Wars", est décédée mardi à Los Angeles des suites d'une crise cardiaque, à seulement 60 ans.
"C'est avec une profonde tristesse que Billie Lourd confirme la mort de sa mère adorée à 08H55 (16H55 GMT) ce matin", a annoncé le porte-parole de la famille Simon Halls dans un bref communiqué.
Sa mère Debbie Reynolds a posté sur Facebook un bref message. "Merci à tous ceux qui ont su embrasser les dons et les talents de ma fille géniale et adorée. Je vous suis reconnaissante pour vos pensées et vos prières qui vont désormais la guider vers sa prochaine étape", signé: "la maman de Carrie".
Carrie Fisher, dont le nom restera à jamais associé à son rôle de la princesse Leia dans la saga spatiale de George Lucas, avait souffert d'une crise cardiaque lors d'un vol entre Londres et Los Angeles le 23 décembre. Elle avait été transportée d'urgence dans un hôpital de la ville dans un état grave.
Dimanche, sa mère avait annoncé que sa fille se trouvait dans un état stable, faisant pousser un ouf de soulagement à ses millions de fans.
Les spectateurs ont découvert la princesse Leia et ses légendaires cheveux tressés en macarons dans "La Guerre des étoiles" en 1977, rebaptisé depuis "Star Wars, épisode IV: Un nouvel espoir".
Carrie Fisher n'avait que 19 ans quand elle a incarné la princesse de la rébellion contre l'Empire aux côtés de Harrison Ford (Han Solo) et Mark Hamill (Luke Skywalker).
Le créateur de "Star Wars" George Lucas a salué une amie de longue date "extrêmement intelligente, talentueuse actrice, écrivaine et comédienne dotée d'une personnalité très gaie que tout le monde adorait".
Elle était "unique en son genre... brillante, originale. Drôle et qui ne craignait pas d'exprimer ses émotions. Elle a vécu sa vie, courageusement", a estimé Harrison Ford.
"Je n'ai pas de mots... #effondré", a tweeté Mark Hamill.
William Shatner, qui a incarné dans "Star Trek" le capitaine Kirk, autre légende de l'espace (imaginaire), regrette "qu'un talent et une lumière merveilleux se soient éteints".
Justin Trudeau, fan affiché de la saga, a été le premier dirigeant mondial à saluer la mémoire de la princesse. "Nous ne t'oublierons jamais, Carrie. Que la Force soit toujours avec toi", a tweeté le Premier ministre canadien.
Carrie Fisher a su camper une princesse au caractère bien trempé, courageuse, brillante et drôle. Un OVNI dans une trilogie où les personnages féminins sont rares.
Jouer une princesse "bagarreuse, pleine de sagesse et d'espoir" était "plus difficile que ce que la plupart des gens pensaient", a noté George Lucas.
Son interprétation a inspiré les générations d'actrices qui lui ont succédé dans des films d'action. Mais aussi des jeunes femmes "ordinaires", qui publiaient mardi des photos de petites filles, déguisées en Leia, en guise d'hommage.
Carrie Fisher est aussi devenue un improbable sex-symbol en 1983 dans "Star Wars, épisode VI: le Retour du Jedi". Elle y apparaît dans un bikini doré, enchaînée à Jabba le Hutt, une sorte de limace géante, contrebandier en chef de la fameuse galaxie très, très lointaine. Un costume a minima qui a ému des générations d'adolescents et qui continue de bien se vendre pour Halloween.
Dans la vraie vie, son humour aussi était dévastateur, mais dans les année 80 - malgré ou peut-être à cause du succès - elle a souffert de bipolarité et d'addictions à l'alcool, à la cocaïne et aux médicaments.
Carrie Fisher - promue de princesse au rang de général, commandant en chef de la rébellion - était réapparue en décembre 2015 aux côtés de Han Solo et de Luc Skywalker dans le dernier volet en date de "Star Wars, épisode VII: Le réveil de la Force".
On la voit très furtivement à la fin de "Rogue One", un nouveau dérivé de la saga originelle qui caracole en tête du box-office depuis sa sortie mi-décembre, dépassant la barre des 300 millions de dollars de recettes après deux semaines à l'affiche.
Carrie Fisher était née à Beverly Hills le 21 octobre 1956 de l'union entre Debbie Reynolds, star de l'âge d'or hollywoodien et notamment de la comédie musicale "Chantons sous la pluie", et Eddie Fisher, chanteur et vedette de télévision.
Si sa carrière d'actrice n'a pas vraiment décollé, Carrie Fisher a montré qu'elle savait manier la plume au moins aussi bien que le pistolet laser.
Elle a contribué à de nombreux scripts, y compris pour "Sister Act" (1992), "Alerte" (1995) ou "Demain on se marie" (1998), écrit quatre romans et deux livres autobiographiques, sans compter Twitter, où elle comptait près de 1,2 million d'abonnés.
L'un des maîtres du septième art lui a rendu un hommage vibrant. "J'ai toujours été en admiration béate devant Carrie. Ses remarques me faisaient rire et m'estomaquaient à la fois. Elle n'avait pas besoin de la Force. Elle était une force de la nature, de loyauté et d'amitié. Elle va me manquer vraiment beaucoup", a écrit Steven Spielberg.

Jeudi 29 Décembre 2016

Lu 627 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs