Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Carl Lewis se lance en politique




«Quand je cours, c’est pour gagner», lance Carl Lewis, convaincu de son prochain succès aux élections sénatoriales dans le New Jersey. Carl Lewis suit en effet la longue liste de célébrités américaines qui ont consacré une partie de leur deuxième vie à la politique.
L’un des plus grands champions d’athlétisme de tous les temps a décidé à 49 ans de se lancer dans un nouveau défi: se faire élire en tant que sénateur démocrate dans un bastion républicain. Celui qui a raflé neuf titres olympiques entre 1984 et 1996 ne court pas pour la gloire, mais pour les enfants, les familles, les seniors en difficulté. Lors de l’annonce officielle de sa candidature contre la sénatrice Dawn Addiego dans le district de Willingboro (une quarantaine de kilomètres à l’est de Philadephie), il a expliqué ses motivations: «Nous ne pouvons pas nous reposer tant que nous ne sommes pas sûrs que nos familles auront les moyens de vivre correctement et d'élever les enfants ici, et que nos aînés pourront rester dans leurs maisons et payer leurs frais de santé et pharmaceutiques.»
La carrière sportive de King Carl en dit long sur sa persévérance et son courage. Il  devrait être un adversaire coriace pendant la campagne. En 1984, il obtient quatre médailles en 100 m, 200m, 4x100 m. Des titres qu’il conserve à Séoul, quatre ans plus tard, ajoutant celui de saut en longueur. C’est vrai après tout, quand on gagne, pourquoi ne pas se diversifier? En 1992, il pulvérise le record du monde en relais 4x100 m avec l’équipe américaine et gagne la médaille d’or en saut en longueur aux Jeux olympiques de Barcelone. Et pour finir sa carrière en beauté, à 35 ans, aux J.O d’Atlanta, il s’offre un neuvième titre olympique en saut en longueur, épreuve pour laquelle il a été soixante-cinq fois victorieux en dix ans.
Après avoir effectué la majeure partie de sa brillante carrière au Santa Monica Track Club, Carl Lewis est revenu sur les terres où il a grandi, et réside dans le New Jersey depuis six ans. Habitué aux médias, et à l’action sociale bénévole, King Carl devrait faire une campagne très riche, et peut-être gravir d’autres podiums. 

Libé
Jeudi 14 Avril 2011

Lu 212 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs