Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Cap sur la très guettée 4G


Un essor à débit optimum



Cap sur la très guettée 4G
Episode mémoriel du foisonnement technologique, c'est de l'année 2014 que l'on retiendra surtout une embellie du secteur des télécommunications au Maroc, bel et bien, confortée par une détermination ambitieuse à satisfaire la forte appétence pour un très haut débit mobile. Flash-back sur les principaux jalons d'un nouveau tournant des télécoms marocains.
Force est de reconnaître ainsi que le secteur des télécoms a été essentiellement marqué par une évolution positive de ses indicateurs inhérents en particulier à l'accès et à l'usage. Chiffres à l'appui, le marché Internet national a drainé, à fin septembre, un total de 8,5 millions d'abonnés avec un taux de pénétration de 25,6%, impliquant un taux de croissance annuel de 62,8%, tandis que le nombre d'abonnés mobiles s'élevait à près de 44,26 millions, ramenant le taux de pénétration à 133,4%, et affichant de ce fait un renchérissement annuel de plus de 7%.
La belle performance du marché Internet a été particulièrement réalisée à la faveur de la dynamique qu'a connue l'accès Internet 3G en général et les offres combinant voix et Data en particulier qui représentent environ 82% du parc Internet 3G. En revanche, nul ne peut nier le constat d'une saturation des fréquences de la technologie 3G face à un engouement massif à l'échange de données. Un passage à la vitesse supérieure du débit mobile de la 4ème génération s'impose désormais avec acuité.
En effet, le déploiement de la technologie 4G est fortement sollicité dans une perspective de booster la qualité des services mobile au milieu de l'entreprise, mais également pour étancher la soif d'une société marocaine de plus en plus avertie.
Bilan d'étape, après le lancement de l'appel à concurrence en la matière, il sera procédé à l'instruction des offres soumises et à la désignation des adjudicataires retenus.
L'objectif visé par l'Agence nationale de réglementation des télécommunications (ANRT) est celui d'"achever le processus d'octroi des licences avant l'été 2015 pour une ouverture des services vers fin 2015, début 2016".
Il est, par ailleurs, opportun de mettre en relief les efforts de réduction de la fracture numérique entre l'urbain et le rural, à travers notamment l'annonce, tout récemment, du lancement d'un projet pilote visant à doter certaines communes rurales en connexions haut débit à Internet, dans le cadre de la mise en œuvre du Plan national pour le développement du haut et très débit.
De bonnes prémices s'annoncent alors en faveur du challenge de "permettre à 100 pc de la population d'accéder, d'ici 2022, à Internet avec un débit minimum de 2 Mb par accès". De surcroît, un retour sur les réformes législatives et réglementaires du secteur des télécoms réalisées en 2014, laisse évoquer l'adoption du projet de loi n 121-12 modifiant et complétant la loi n 24-96 relative à la poste et aux télécommunications qui intègre notamment une prestation d'itinérance nationale. Laquelle prestation devrait "garantir à un abonné mobile d'un exploitant donné d'utiliser le réseau mobile d'un autre exploitant, dans le cas où le réseau du premier exploitant ne couvre pas la zone dans laquelle l'abonné se trouve", selon l'ANRT.
De grandes possibilités d'offres de services diversifiés, innovants et compétitifs devraient ainsi s'offrir, tel qu'avait estimé l'ANRT, qui inscrit cette révision réglementaire dans le cadre de sa Note d'orientation générale pour le développement du secteur des télécoms pour la période 2009-2013 (NOG 2013). C'est dans ce même ordre d'idées, et dans l'objectif de donner plus de visibilité aux acteurs actuels et promouvoir l'investissement dans ce secteur, que l'Agence se penche actuellement sur l'élaboration des orientations générales du secteur des télécoms à l'horizon 2018. Il s'agit, en effet, pour l'ANRT de dresser le bilan de l'évolution du marché des télécoms durant la période 2009-2013, d'établir les perspectives du secteur pour les quatre années à venir et d'étudier les moyens de renforcer les leviers de régulation.
La nouvelle NOG à l'horizon 2018 sera élaborée sur la base de l'examen des modalités de mise en œuvre dudit Plan national pour le développement du haut et très haut débit au Maroc, la relance des projets de service universel pour la période 2014-2018, et l'analyse des défis de la régulation sectorielle dans un environnement numérique. Ces chantiers, auxquels s'ajoutent la mise en service de la 4G, le déploiement et l'exploitation des réseaux FTTH (fibre optique jusqu'au domicile), ou encore l'adoption de la loi 121- 12 s'affichent parmi les principaux défis pour le secteur des télécoms en 2015.



MAP
Lundi 29 Décembre 2014

Lu 918 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs