Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Campagne nationale de prévention contre la polyarthrite rhumatoïde


A partir du 23 avril courant jusqu’à fin 2013



Campagne nationale de prévention contre la polyarthrite rhumatoïde
Elle constitue un véritable problème de santé publique  tant par la proportion croissante des personnes concernées que par ses conséquences sociales et économiques. Selon les estimations officielles, elle toucherait entre 0,5 et 1% de la population, soit 150.000 à 350.000 Marocains.  En général, elle  touche les personnes âgées entre 35 et 55 ans. La polyarthrite rhumatoïde, puisque c’est d’elle qu’il s’agit, est une maladie  encore méconnue du grand public et  est aujourd’hui considérée «priorité nationale» par le gouvernement. C’est dans ce cadre qu’à partir du 23 avril prochain et pour toute l’année 2013, l’AMRAR (Association marocaine de recherche et d’aide aux rhumatisants) et la SMR (Société marocaine de rhumatologie) lancent une campagne nationale de prévention contre la polyarthrite rhumatoïde. Placée sous l’égide du ministère de la Santé, la manifestation est une grande première au Maroc.
Elle tend d’abord à sensibiliser le grand public sur la maladie et partant inciter au diagnostic précoce. Les  professionnels de santé, plus précisément les médecins généralistes et le réseau des pharmacies, sont également touchés à travers la reconnaissance des symptômes, le diagnostic et l’orientation des patients vers un spécialiste. L’occasion aussi d’informer les organismes payants sur l’urgence de la prise en charge de la polyarthrite rhumatoïde à ses premiers stades. A ce titre, tous les professionnels de santé s’accordent à dire que si la maladie est diagnostiquée précocement, elle devient moins handicapante. Ceci est d’autant plus vrai que depuis quelques années, de nouvelles molécules sont disponibles : les biothérapies. Elles ont révolutionné la vie de certains malades en raison de leur exceptionnelle efficacité. « On ne parle toujours pas de guérison complète mais de rémission. On arrive ainsi à arrêter la progression de la maladie», comme nous l’a  expliqué Fadoua Allali, professeur en rhumatologie.  Et de préciser que cette biothérapie comporte 5 catégories de médicaments, dont deux sont remboursés par la CNSS et les assurances privées alors que les trois autres ne le sont pas.  « Et pourtant, ces derniers traitements  ont  été inscrits par la commission de transparence sur la liste des spécialités remboursables par l'assurance depuis 7 mois déjà. Depuis, rien ne pointe à l’horizon pour la mise en application de cette mesure », nous a encore assuré Pr Allali qui déplore amèrement cette situation. De ce fait et vu leur coût exorbitant,   l’accès en est malheureusement limité et seule une frange privilégiée de malades peut en bénéficier. Les acteurs de la société civile crient au scandale et n’ont eu de cesse de tirer la sonnette d’alarme dans l’espoir d’attirer l’attention des autorités publiques quant au danger que présente cette pathologie aussi bien sur le plan social  qu’au niveau économique.  Selon Pr Allali, le traitement varie entre 60.000 et 200.000 DH par an et s’étend sur une longue durée. Au cas où le patient y répondrait positivement, il pourrait être arrêté au bout de 3 à 5 ans.  Mais combien de patients peuvent supporter de telles charges ? Ils ne sont pas nombreux. Ils  se trouvent, de ce fait, doublement atteints. Rongés par une  maladie ravageuse et handicapante, ils subissent une  injustice et une  inégalité qui ne disent pas leur nom.
Tout cela nous renvoie loin de « la santé pour tous »,  un slogan qu’on répète à tout va et qui se vide de tout son sens face à l’absence d’une prise en charge généralisée. 

Nezha Mounir
Samedi 13 Avril 2013

Lu 2 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs