Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Campagne et contrôle de la sécurité routière dans la métropole : Quand sévir ne rime pas avec prévenir




Campagne et contrôle de la sécurité routière dans la métropole : Quand sévir ne rime pas avec prévenir
A tous les jours que Dieu fait, on constate, impuissant, la recrudescence des accidents de la route dans notre pays. Ce sont des milliers de victimes qui, chaque année, viennent alourdir le triste  bilan  de par son nombre des plus élevés au monde.
 Hier, dans les environs du nord de Fès, à Tissa, nous rapporte la Gendarmerie Royale, ce sont six personnes qui ont trouvé la mort et deux autres qui ont été grièvement blessées quand un automobiliste à l’entrée ouest de cette commue urbaine, ayant perdu le contrôle de son véhicule, a percuté de plein fouet une voiture stationnée dans le sens inverse et à bord de laquelle se trouvaient dix personnes dont plusieurs enfants. Deux d’entre eux âgés de deux et trois ans, l’ont payé de leur vie.
En début de semaine, entre Nador et Saïdia, dans les environs de Settat, sur la route de Souk Larbaâ et Ouazzane,  des dépêches faisaient état d’une dizaine d’autres victimes de ce fléau.
La liste est malheureusement longue et depuis le début du siècle, ce phénomène aux conséquences funestes ne cesse de s’accentuer tournant au plus bas mot entre 3200 victimes tuées et au-delà de 4000 avec une augmentation constante d’au moins 4% chaque année. Le nombre de tués pour 100.000 habitants serait actuellement de quelque 13,5, bien plus que des guerres ou de graves maladies.
Outre l’aspect dramatique (vies et familles brisées), les accidents corporels de la route coûteraient au moins 14 milliards de dirhams par an à l’Etat marocain.
La semaine passée, on a organisé (Comité national de prévention des accidents de la circulation - CNPAC) à l'issue des travaux du 12è Congrès de la Prévention routière internationale (PRI) qui s’est tenu à Marrakech, la décennie d’action pour la sécurité routière 2011- 2020 au niveau national avec pour principal objectif, entre autres, la baisse des indicateurs de sécurité routière.
Mais la réalité est autre sur le terrain. Dans la grande métropole, on ne sait si ce  sont les premiers signes de la mise en place de ce projet, mais on assiste à des campagnes de contrôle entreprises par-ci,  par-là et concernant les usagers de la route,  cyclomotoriste, scootériste ou motocycliste, automobiliste, conducteur de bus et de camions, etc. Malheureusement, pour atténuer l’hécatombe et quoique l’on ne cible que les principales causes, que l’on impute au  seul usager de la route telles la conduite en état d’ébriété, le défaut de maîtrise du véhicule, le manque de vigilance des piétons et des conducteurs, l’excès de vitesse, le dépassement défectueux, le non-respect de priorité, des feux de signalisation, des sens interdits et globalement le non-respect du Code de la route, un sport national sur notre asphalte et plus particulièrement dans les grandes villes, force est de reconnaître aussi que l’infrastructure routière, entre autres facteurs, y est aussi pour beaucoup.
En effet, on constate que le parc automobile s’enrichit  chaque année (il compte actuellement dans les trois millions de véhicules) alors que l’infrastructure notamment en milieu urbain ne suit pas ou tout au plus, très mal, d’où un fort malaise dans la conduite dû aux conséquences des engorgements et autres embouteillages et tout ce qui s’ensuit (comportements agressifs, stress, etc,).
A la lumière de tels précédents, on comprend aisément les frustrations de l’usager de la route quelle que soit  sa qualité et qui souvent et au moindre écart, se voit verbaliser « avec » ou sans concession. On aura beau dire prévention et sensibilisation, on n’en voit guère la couleur, c’est plutôt la sanction qui pointe et une fois de plus « avec » ou sans concession.

Mohamed Jaouad Kanabi
Vendredi 15 Juin 2012

Lu 640 fois


1.Posté par mohammed le 16/06/2012 03:22
ce qui est choquant au Maroc, c'est la facilité avec laquelle on obtient le permis de conduire, en 15 jours vous pouvez avoir un permis de tuer, pardon, un permis de conduire. résultat, vous avez des gens qui n'ont même pas assimilé l'esprit du code de conduite par conséquent ils ne respectent evidemment pas les autres conduteurs ni les le code de conduite.... ajouté à ce la, le faite que les permis de conduire s'achètent pratiquement.. le contrôleur le jour de l'examen raquette pratiquement... résultat: des comportements bizarre.. des accidents et des morts.
il faut noter que pourque ça change, il faut au moins deux génération, le mal est fait. et quoiqu'il arrive il faut de l'éducation dont l'éffet est à long terme. à titre d'exemple, en France, pour passer le permis il faut pratiquement 3 mois de le passer avec obligation de 6 mois d'attente en cas d'échec. et le taux de réussite dans l'examen de conduite est pratiquement 55%. Pire que le bac :)

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs