Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Calme précaire à Oujda après les affrontements entre étudiants et forces de l’ordre

Le doyen de la Faculté de droit et le département de Lahcen Daoudi pointés du doigt




Calme précaire à Oujda après les affrontements entre étudiants et forces de l’ordre
Le calme semble être revenu au campus universitaire d’Oujda après une journée fort agitée. Un calme qui reste précaire notamment après l’arrivée, hier, de plusieurs unités relevant de la police nationale et des Forces auxiliaires et dont l’objectif est de renforcer le cordon sécuritaire autour de ce campus. Le scénario des affrontements violents qui ont éclaté avant-hier entre des étudiants grévistes et les éléments des forces de l'ordre faisant près de 20 blessés dont quatre graves est, en effet, susceptible de se reproduire à tout moment.
Mais comment en est-on arrivé à une telle situation ? Pour les étudiants grévistes, c’est du côté du doyen de la Faculté de droit relevant de l’Université Mohammed Ier d’Oujda qu’il faut chercher. Selon eux, c’est lui qui a mis le feu aux poudres à un moment où les étudiants et l’administration étaient sur le point de conclure un accord. « Tout a commencé il y a quatre semaines quand les étudiants ont décidé de boycotter les épreuves d’accès au cycle du master et d’observer un sit-in pour protester contre ce qu’ils qualifient de pratiques clientélistes qui entachent l’accès à ce cycle », nous a indiqué une source sous le couvert de l’anonymat avant de poursuivre : « Pourtant, ils n’ont pas coupé les ponts avec l’administration puisque des négociations étaient en cours et qu’elles avaient abouti vendredi dernier. En effet, près de 99% des revendications des étudiants ont été acceptées et un seul point de désaccord est demeuré. Il était prévu de le remettre sur la table des négociations lundi 22 décembre. Mais, en cette journée, les étudiants ont été surpris par l’entrée en nombre des éléments des forces de l’ordre dans l’enceinte universitaire, ce qui a suscité la colère des grévistes ». Même son de cloche d’une autre source qui ne semble pas mâcher ses mots. « La mauvaise foi du doyen est palpable. Le fait qu’il ait demandé samedi à la présidence de l’Université Mohammed Ier de solliciter l’intervention de la police alors qu’un accord était sur le point d’être finalisé atteste bien de sa mauvaise foi », nous a-t-elle déclaré.
Du côté de l’administration de la Faculté de droit, c’est le silence total. Contacté par Libé à plusieurs reprises, son téléphone est resté aux abonnés absents. Certaines sources non officielles proches de l’administration nous ont néanmoins confié qu’il s’agit bien de fausses accusations de la part des étudiants fauteurs de troubles qui ont empêché l'accès à certains cours de master et qu’il a fallu faire intervenir les forces de l’ordre pour rétablir le calme.
Qui dit vrai, qui dit faux ? Difficile de trancher. Pourtant, l’incident du campus universitaire d’Oujda suscite plusieurs questions : d’abord, l’absence incompréhensible du ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de la Formation des cadres. Plusieurs étudiants se demandent pourquoi le département de Lahcen Daoudi n’a pas jugé urgent de dépêcher sur place une commission d’enquête d’autant plus qu’il s’agit d’accusations graves de favoritisme et de clientélisme. Ensuite, l’intervention disproportionnée des forces de l’ordre parait injustifiable au regard de l’importance du problème. Nombreux sont les étudiants grévistes qui s’interrogent sur l’utilité d’avoir usé de la force et de gaz lacrymogènes pour les disperser alors qu’ils manifestaient pacifiquement.
Des questions qui interpellent également avec acuité les ministères de l’Intérieur et de l’Enseignement supérieur et qui mettent à l’index leurs responsabilités dans ce qui est advenu.

Hassan Bentaleb
Mercredi 24 Décembre 2014

Lu 1158 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs