Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Cacophonie au sein du gouvernement Benkirane : La criminalité qui baisse, la criminalité qui ne baisse pas




Cacophonie au sein du gouvernement Benkirane : La criminalité qui baisse, la criminalité qui ne baisse pas
Les nouvelles statistiques sur la criminalité au Maroc viennent de tomber. Selon Mustapha El Khafi, ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, les premiers mois de 2012  ont enregistré une hausse de 12% par rapport à la même période de 2011, soit 196.562 crimes contre 288.788 une année auparavant. Une douche froide pour Mohand Laenser, ministre de l’Intérieur qui n’a cessé de répéter à qui veut l’entendre que la situation sécuritaire au Maroc ne saurait susciter quelque inquiétude que ce soit. Selon lui, le sentiment général d’insécurité dans le paysage urbain est infondé puisque les statistiques officielles traduisent une baisse de 2% du taux des crimes graves.
Autre contradiction et pas des moindres, le nombre de cas déférés devant la justice. En effet, si le porte-parole du gouvernement a fait état du défèrement  de 233.000 personnes devant les services de la justice  dont 9.400 mineurs, le ministre de l’Intérieur a avancé par contre  508.000 cas et un taux d’élucidation de 85% dans des délais très courts, taux confirmé par le ministre de la Communication.
Comment peut-on expliquer cette contradiction entre les chiffres présentés par deux membres du même gouvernement ?  Le taux de criminalité est-il en baisse ou en hausse ? Ces contradictions remettent-elles en cause la fiabilité  des statistiques émanant du ministère de l’Intérieur ? Les questions sont nombreuses, mais les réponses manquent, laissant les citoyens  dans la confusion et la méfiance.  
Des contradictions risquent encore de jeter l'opprobre sur des statistiques maintes fois pointées du doigt. En effet, pour certains experts, les statistiques sur la criminalité tenues par le ministère de l’Intérieur sont parcellaires et peuvent émettre des messages contradictoires. Certains font même dire que ces statistiques ne reflètent pas  les vraies tendances de la criminalité. D’après eux, elles sont le résultat de l'enregistrement des procès-verbaux dressés par la police et la gendarmerie, ce qui ne représente qu'une petite partie du phénomène. Ceci d’autant plus qu’en l’absence de centres de recherches spécialisés ou d’observatoires de la criminalité,  seuls les chiffres émanant des sources officielles, à savoir le ministère de l’Intérieur, la Direction générale de la sécurité nationale et la gendarmerie Royale, font foi.
Les experts reprochent également à ces statistiques d’être un fourre-tout  où les meurtres et les viols sont placés au même niveau que les escroqueries, les usages de stupéfiants, etc. Une construction acrobatique qui mélange toutes sortes d’éléments qu’on secoue pour en ressortir « le taux de la criminalité».  Nos sources estiment qu’il est temps de mettre en place une nouvelle base de données qui devra permettre d’offrir une «photographie» globale de la criminalité au niveau national, susceptible de permettre une analyse objective, loin de toute communication orientée dans l’objectif de positiver les politiques de sécurité mises en place par les pouvoirs publics.

Hassan Bentaleb
Samedi 11 Août 2012

Lu 863 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs