Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Buffon, 37 ans et toujours bluffant




Solide dans la tempête que traverse la Juventus Turin depuis le début de saison et encore impérial mardi lors de l'important succès décroché en Ligue des champions sur la pelouse de Manchester City (2-1), Gianluigi Buffon a montré qu'à 37 ans il restait l'un des tout meilleurs à son poste.
Buffon ne bouge pas. Passé 30 ou 35 ans, la plupart des joueurs perdent un petit quelque chose. La force physique, les réflexes, l'explosivité, souvent aussi le goût du jeu et des contraintes (déplacements, mises au vert...) qui l'accompagnent. Buffon reste le même, passionné, leader et surtout ultra-performant.
"Il est peut-être le meilleur gardien de toute l'histoire du football. Il ne se trompe jamais et il ne cesse jamais de nous surprendre", a résumé mardi soir son entraîneur Massimiliano Allegri.
Le technicien italien sait ce qu'il doit à son gardien, surtout en ce début de saison très compliqué pour une équipe en pleine reconstruction.
Au sein de cette Juventus qui a perdu trois éléments majeurs avec les départs de Pirlo, Tevez et Vidal, Buffon reste un point de repère immuable sur et en dehors du terrain, "un totem", comme l'a récemment qualifié le président de la fédération italienne Carlo Tavecchio.
On l'a ainsi beaucoup vu et entendu ces dernières semaines. Quand les tifosi sifflaient son équipe mal embarquée à la pause samedi face au Chievo Vérone (1-1 finalement), il s'est tourné vers eux pour leur dire: "Ne nous sifflez pas maintenant, nous avons besoin de votre aide".
Puis, en seconde période, il a sauvé son équipe avec une superbe double parade et a encore repris la parole après le match: "Maintenant cela suffit de pleurer. Ce n'est qu'en jouant qu'on saura de quel métal cette Juve est faite".
Première pierre  
Lui et son équipe ont apporté un élément de réponse mardi en Ligue des Champions, où les Turinois portent dans une poule difficile (avec aussi Séville et Mönchengladbach) le statut pas forcément confortable de vice-champions d'Europe.
Sur la pelouse de City, Buffon s'est illustré d'entrée avec un arrêt devant Sterling. A la 59e minute, il a ressorti une nouvelle magnifique double parade devant Sterling puis David Silva. Et en fin de match, il a encore été chercher vers sa lucarne une grosse frappe de Yaya Touré.
"Un grand match et les miracles de Buffon", a résumé Allegri. "Buffon a fait de grands arrêts, il a été extraordinaire", a reconnu l'entraîneur mancunien Manuel Pellegrini.
Pour Buffon, ce succès "est la première pierre" dans la construction de la saison de la Juventus. "Nous avons mis tous les ingrédients: la bravoure, la technique et un brin de chance", a ajouté le capitaine bianconero.
Lui, il a comme toujours apporté cette envie de minime qui ne l'a toujours pas quitté à 37 ans. "Gigi était mon gardien quand j'étais joueur. Maintenant je suis sélectionneur et il est toujours mon gardien", résumait Antonio Conte avant le match des Azzurri contre la Bulgarie il y a 10 jours à Palerme.
L'Italie avait gagné 1-0 et Buffon avait été parfait. Le monument fêtait ce soir-là sa 150e sélection.

Vendredi 18 Septembre 2015

Lu 393 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs