Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bruxelles veut reprendre langue avec Rabat

Visite au Maroc de la Haute représentante de l’UE pour les AE et la Sécurité




La Haute Représentante de l’UE pour les Affaires étrangères et la Sécurité, Federica Mogherini, était attendue à Rabat le 4 mars pour une visite au cours de laquelle elle devait notamment s'entretenir avec le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération  Salaheddine Mezouar.
Cette visite a été l'occasion de faire le point sur les relations bilatérales entre le Maroc et l'Union européenne et de discuter des intérêts communs des deux parties suite à la décision du Tribunal de l'UE sur l'accord agricole contre laquelle l'Union européenne a fait appel.
Cette décision, rappelle-t-on, a poussé le Maroc à suspendre ses contacts avec Bruxelles. Il convient de rappeler que préalablement à sa visite, Mogherini avait déclaré que «l'Union européenne est prête à fournir les clarifications et assurances complémentaires pour répondre aux préoccupations du Maroc afin que les contacts et la coopération puissent être pleinement rétablis dès que possible''.
Il convient également de rappeler que la patronne de la diplomatie européenne avait effectué sa première visite au Maroc le 21 juillet 2015. Une visite de travail qui était intervenue sur fond de contexte sécuritaire tendu dans la région mais aussi de relations très nourries  entre le Maroc et l'Europe.
Ce passage express est intervenu, par ailleurs, sur fond de relations extrêmement fournies aux plans institutionnels et économiques entre Rabat et Bruxelles. Celles-ci s’inscrivent dans la «politique de voisinage» des 28. Dans ce cadre, l'Europe a prévu pour le Maroc une enveloppe de soutien de divers ordres d'environ 750 millions d'euros sur la période 2013-2017.
Perçu par l’UE comme un pôle de stabilité dans une zone en pleine ébullition, le Maroc est en fait le pays qui bénéficie de la plus grosse enveloppe d'aide européenne dans ce cadre ou via d’autres leviers comme celui de la BEI.
L’importance de ces politiques s'explique en partie par le «statut avancé» obtenu par le Royaume en 2008 vis-à-vis de l'Union, une sorte d’accord d’association survitaminé.
De plus, alors que les droits de douane sont quasiment abolis entre les deux parties, Europe et Maroc négocient depuis le 1er mars 2013, l'Aleca, un accord de libre-échange. Mais les discussions le concernant sont en fait quasiment à l'arrêt. Il s'agit notamment côté marocain de conduire une évaluation plus approfondie de ses effets. Plusieurs secteurs économiques  ayant exprimé des craintes quant à l'effet d'une libéralisation accrue des échanges. En 2014, à l'occasion d'une «mini guerre de la tomate» entre Rabat et Bruxelles, ces craintes avaient pris plus d'ampleur.

O.R
Samedi 5 Mars 2016

Lu 2509 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs