Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bruxelles et Berlin font le forcing pour que l'Europe accueille en masse les réfugiés

La Hongrie et la Slovénie estiment l’afflux migratoire comme une menace pour l’identité chrétienne




Jean-Claude Juncker et Angela Merkel ont joint leurs voix mercredi pour en appeler aux valeurs de l'Europe afin que les pays de l'UE se répartissent immédiatement 160.000 réfugiés, un plaidoyer qui ne faisait toutefois pas l'unanimité parmi les Européens. Ce chiffre correspond à l'addition d'une précédente proposition de répartir 40.000 réfugiés arrivés sur le sol européen, avec une nouvelle proposition d'urgence portant sur 120.000 personnes actuellement en Italie, Grèce et Hongrie.
A Strasbourg, donc, le président de la Commission européenne a demandé de faire preuve d'audace et de solidarité pour résoudre la pire crise de ce type en Europe depuis 1945.
A Berlin, la chancelière a martelé qu'elle voulait une répartition "contraignante" des réfugiés, quitte à bousculer sérieusement les plus réticents de ses partenaires européens.
Signe de l'écho de cette crise au-delà de l'Europe, le secrétaire d'Etat américain John Kerry a assuré que Washington allait faire un effort pour accueillir des réfugiés syriens.
Le département d'Etat a promis qu'il y aurait entre 5.000 et 8.000 réfugiés syriens aux Etats-Unis à l'automne 2016, alors que Washington s'en tenait jusqu'à présent aux 1.500 accueillis depuis 2011.
Les divergences entre pays de l'UE se traduisent de manière très concrète pour les réfugiés, notamment syriens, qui continuent d'affluer par dizaines de milliers en passant par les Balkans: accueillis sous les vivats en Allemagne, ils se heurtent, parfois violemment, aux policiers hongrois.
Budapest a une nouvelle fois défendu sa nouvelle législation, très controversée, rendant passible de prison le franchissement de la barrière de barbelés érigée à sa frontière avec la Serbie.
Plus au nord, la compagnie ferroviaire danoise a suspendu, sur ordre de la police, les liaisons grandes lignes avec l'Allemagne après le refus de centaines de migrants en transit vers la Suède de descendre des trains à leur arrivée au Danemark.
Juncker a aussi spécifiquement demandé à ce que la religion des réfugiés, venus en grande partie de pays à majorité musulmane, ne soit pas un critère de choix.
Le Premier ministre hongrois Viktor Orban, chef de file des opposants à une politique d'ouverture, a jugé récemment que l'afflux de migrants constituait une menace pour "l'identité chrétienne" de l'Europe.
En France, certains élus locaux ont fait savoir qu'ils ne voulaient accueillir que des chrétiens. Longtemps plus frileux sur ce dossier que son voisin allemand, le pays a accueilli mercredi le premier contingent d'un millier d'exilés irakiens et syriens pour la plupart venus d'Allemagne.
L'option des quotas, à laquelle Paris vient de se rallier, place l'Allemagne en première ligne, car elle doit accueillir environ 26% des 160.000 réfugiés, suivie de la France (20%) et de l'Espagne (12%).
Mme Merkel a réclamé une "répartition contraignante" entre tous les pays et sans plafond global. Elle a aussi proposé une réunion du G7 et de plusieurs pays arabes pour débloquer des fonds en faveur des réfugiés originaires de Syrie installés dans des camps dans des pays voisins.
L'Espagne, réservée par le passé face à l'idée de quotas, s'y est finalement ralliée mercredi, annonçant qu'elle accepterait 14.931 réfugiés comme proposé par la Commission, qui s'ajoutent à 2.749 autres déjà comptabilisés. La Pologne et la Lituanie ont aussi accepté les propositions de la Commission.
A l'inverse, le Premier ministre slovaque a une nouvelle fois refusé ce système de répartition, en affirmant qu'il ne voulait pas "se prosterner" devant l'Allemagne ou la France.
Plus déterminés que jamais, des centaines de migrants ont forcé à plusieurs reprises mercredi un cordon de la police hongroise, près de la frontière avec la Serbie.
Devenue le lieu emblématique de cet exode, la petite île grecque de Lesbos a reçu à elle seule 20.000 candidats à l'exil, soit l'équivalent du quart de sa population. Mercredi, les autorités grecques terminaient enfin l'enregistrement de 14.000 d'entre eux, et le calme revenait dans l'île.
Au-delà de l'Europe, le Premier ministre australien Tony Abbott a annoncé le prochain accueil de 12.000 réfugiés en plus des 13.500 acceptés chaque année. Plusieurs pays d'Amérique latine, dont le Venezuela, se sont aussi dits prêts à participer à l'effort international.

Vendredi 11 Septembre 2015

Lu 457 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs