Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Briefings sur le projet “Gouvernance des ressources hydriques oasiennes” dans la région de Drâa-Tafilalet




Dans les oasis du Sud-est du pays, l’eau n’est pas uniquement vitale, elle est aussi une denrée rare. D’où l’importance de toute démarche de rationalisation de sa gestion. L’Association Oasis Ferkla pour l’environnement et le patrimoine (AOFEP) en avait, depuis longtemps, ressenti l’importance d’une telle dynamique. Elle s’est du coup investie dans le projet «Gouvernance des ressources hydriques oasiennes». Pour ce, elle y impliqué différents intervenants : élus, associatifs, paysans, institutionnels, universitaires, étudiants…
Pour rendre compte de ce projet dont la mise en œuvre s’est étendue aux six régions oasiennes du Maroc, à savoir Figuig, Errachidia, Tinghir, Ouarzazate, Zagora et Tata, elle organise du 18 au 22 avril courant à Errachidia et Ouarzazate, deux réunions en faveur des intervenants et des médias.
Selon un communiqué, ces mises au point seront organisées en collaboration notamment avec l’Agence du Bassin Hydraulique Guir-Ziz-Rhéris (ABH-GZR), partenaire du projet, et la délégation de l’Agence du Bassin Hydraulique Souss Massa-Drâa (SMD).  D’autres partenaires y seront présents dont ANDZOA, ORMVA, INRA, FSTE, Conseil des Oulémas … , en plus des associations des provinces oasiennes ciblées par le projet.
Selon l’agenda de ce rendez-vous, le premier briefing aura lieu les 18 et 19 avril 2016 à Errachidia et aura pour thématique «La problématique des puits et forages illicites : apport du projet de loi 36-15 sur l’eau et contrat de nappe», alors que le deuxième sera tenu les 21 et 22 avril 2016 à Ouarzazate et traitera de «La situation des ressources hydriques et besoins en eau au niveau des bassins de Maider, haut Drâa et moyen Drâa».
L’objectif de ces rencontres, ajoute la même source, est d’associer les médias dans les plaidoyers pour l’environnement en général et la question de l’eau en particulier, notamment dans des zones connues pour leur faible pluviométrie, durant l’année. La nécessité pour les médias de mettre l’accent sur les efforts déployés dans cette région pour la préservation et la rationalisation de l’eau reste incontournable afin de leur faire prendre conscience de son impact réel.
Ces initiatives s’inscrivent dans  le  cadre  du  projet PACO3 (Programme  d’actions  concertées  des  oasis 2013-2016), porté par l’Association  Oasis Ferkla pour l’environnement et le patrimoine (AOFEP) en tant que point focal  au Maroc du Réseau associatif de développement durable  des oasis  (RADDO),  l’association qui mène depuis janvier 2015 un projet financé par l’Union européenne : UE-ONG de renforcement de la gouvernance environnementale par le développement de la capacité des ONG,  en  partenariat  avec  le  Programme  de  microfinancements  du  FEM (Fonds pour l’environnement mondial) - PNUD Maroc.
Le projet vise à renforcer les capacités de la société civile oasienne en matière de gestion et de mise en œuvre des projets et programmes environnementaux, d’accès et utilisation de l’information, des connaissances environnementales et d’accompagnement et influence des politiques ainsi que des lois inhérentes au secteur de l’eau.
Par ailleurs, une  attention  particulière  est  accordée  à  l’évaluation  et  l’amendement  de  la  loi  n°10-95  sur l’eau. L’objectif  est  d’évaluer  l’impact  et  l’adéquation  avec  la  spécificité  oasienne,  promouvoir l’implication  et  la  participation  de  la  société  civile  des oasis  dans  la  planification  et  la  gestion  des ressources  hydriques,  et  formuler  des  recommandations  en  faveur  de  la  prise  en  considération  de  la spécificité oasienne.
Depuis janvier 2015, plusieurs actions ont été réalisées avec l’implication de plus de 250 acteurs oasiens d’horizons divers : les associations de développement local et celles des usagers de l’eau agricole comme étant le principal public ciblé par le projet, les coopératives, les groupements d’intérêt économique, les administrations en charge et/ou concernées par la gestion de l’eau, les institutions de recherche, les universités, les entrepreneurs, les chercheurs, les étudiants et les médias.


Nouri Zyad
Lundi 18 Avril 2016

Lu 1287 fois


1.Posté par KABIRI Lahcen le 18/04/2016 08:30
Merci pour cette publication et pour vos efforts. Nous serons ravis de recevoir le maximum de personne pour débattre et approfondir la réflexion sur une question qui doit nous interpeler tous qui est la question de l'eau et de sa durabilité notamment dans ces milieux caractérisé par la rareté et parfois aussi l'excès. Bienvenus ces deux jours à Hôtel Aferdou à Errachidia. Lahcen KABIRI président de l'AOFEP

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs