Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Braver les interdits et les tabous liés au sida


Les citoyens plus nombreux à accepter un dépistage du VIH



Braver les interdits et les tabous liés au sida
"Je n'ai rien...", lance Asmaa, soulagée. Foulard noir sur la tête, la jeune femme descend du camion-laboratoire où elle vient de subir un test de dépistage du sida.
Dans le Royaume, où toute relation sexuelle hors mariage ainsi que l'adultère sont punis par la loi, quelque 29.000 personnes sont porteuses du VIH, selon des chiffres de l'Organisation panafricaine de lutte contre le sida (Opals) datant de 2011. De plus, 80% des séropositifs ignorent être infectés, d'après cette Association créée en 1994 et qui compte 19 sections dans le pays.
Si la prévalence reste faible sur le plan national (0,1%), indique l'Opals, l'épidémie est concentrée sur les deux régions les plus touristiques: Agadir (sud-ouest) et Marrakech (sud).
En d'autres lieux, le conservatisme religieux pourrait rendre délicats prévention et dépistage, en raison des tabous liés à la sexualité. Mais à Douar Jbala, un fief du parti islamiste Justice et développement (PJD) à Salé (près de Rabat), les responsables de l'Opals à l'origine de la campagne de dépistage paraissent satisfaits. Les quartiers défavorisés sont "vulnérables", car "le conservatisme et les préjugés y ont la dent dure", relèvent-ils.
Pour autant, en cette fin d'hiver, les jeunes femmes sont nombreuses à se présenter, remarque le Dr Zakia Afkari. "Il y a un engouement, particulièrement de la part des femmes. C'est très important pour nous, ça montre qu'il n'y a plus autant de tabous", assure à l'AFP le médecin, qui supervise cette opération, menée conjointement avec le ministère marocain de la Santé. Qui plus est, ces jeunes femmes "n'hésitent pas à se présenter seules", note le Dr Afkari avant de rejoindre le camion où des dizaines de personnes patientent tranquillement.
«Pas de honte"
Asmaa, 21 ans, explique avoir franchi le pas "sans trop réfléchir". Dans sa catégorie d'âge (15-24 ans), 61% des personnes infectées sont des femmes contre 36% pour la tranche 45-54 ans par exemple.
"Je passais par hasard quand j'ai aperçu la banderole invitant les habitants à subir le test du sida. J'ai hésité un moment puis je me suis dirigée vers le camion", raconte-elle.
"Maintenant, je suis contente, je n'ai rien", ajoute la jeune femme, sourire aux lèvres, en tenant fermement dans sa main le coton qui a servi lors de ce dépistage gratuit et anonyme.
Parmi les dizaines de personnes présentes en ce second jour de campagne, l'embarras n'est pas franchement palpable.
"Pour moi, il n'y a pas de honte à se faire dépister contre le sida, il n'y a pas de problème, ce n'est pas contre la religion", fait valoir Khadija, 18 ans. "J'allais au lycée quand un jeune m'a demandé +tu veux faire un test du sida gratuit?+. J'ai alors répondu +pourquoi pas?+".
La cinquantaine passée, une barbe naissante et un petit bonnet flottant sur la tête, un homme avance toutefois à pas hésitants en direction des affiches de l'Opals. "Allez-y monsieur!", lance Khadija Ouazzani, l'une des organisatrices. "Vous pouvez en quelques minutes savoir si vous avez le sida ou une maladie vénérienne. C'est gratuit et anonyme", insiste-t-elle. L'homme finit par rejoindre le camion-laboratoire. "Il n'y a pas 36 solutions", affirme Mme Ouazzani. "Il faut se déplacer vers ces populations pauvres et vulnérables pour les toucher et les sensibiliser", clame-t-elle.

Libé
Lundi 18 Mars 2013

Lu 350 fois


1.Posté par seroposition le 18/03/2013 11:28
Bonjour,
on ne dépiste pas le sida mais le vih.
Si toute relation sexuelle hors mariage est punie par la loi, qu'arrivera-t-il si une personne ressort positive au test ?

2.Posté par Association Action-Po le 18/03/2013 21:27
Il est très important d'inciter la population au dépistage, la personne qui ressortira de ce test en se sachant séropositive n'est pas pour autant une personne ayant enfreint les principes de l'islam en ayant commis la fornication. Il se peut qu'une femme mariée soit contaminée par son mari qui aurait contracté la maladie à son insu lors d'une relation extraconjugale. Il se peut aussi que cette personne soit devenue séropositive suite à une transfusion ou autre...
Il est important de rappeler qu'en islam on ne doit pas juger autrui, et encore moins accuser de fornication sans produire plusieurs témoins. Alors je souhaite que chaque musulman(e) se souvienne que ces deux actes constituent un grave pêché, et surtout : qu'un séropositif n'est pas obligatoirement un fornicateur, ou une fornicatrice.
Plus tôt les séropositifs seront traités, mieux ils se porteront et moins ils seront contaminants, et contamineront à leur insu , alors le mot de la fin : dépistez vous, changez votre regard sur les malades : ne les jugez pas. Juger, commettre la médisance, ou accuser à tort de fornication : tout musulman sait que cela est pêché. adopter ce comportement qui vous est prescrit est le seul moyen d'inciter au dépistage, et de traiter au plus vite les séropositifs, et donc, éviter de nouvelles contaminations.

3.Posté par seroposition le 18/03/2013 22:22
Merci infiniment pour ces précieuses et utiles informations.
En effet une personne qui se fait dépister positive et qui est soignée rapidement peut "éradiquer" le virus de son organisme et ne pas être contaminante.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs