Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bras de fer entre le SNOMPH et l’OMP


Le Syndicat national des officiers et marins de la pêche hauturière réfute tout soutien aux démarches et décisions de l’Omnium marocain de pêche



Bras de fer entre le SNOMPH et l’OMP
Suite à la décision de l’Omnium marocain de pêche (OMP) de cesser son activité de pêche, le Syndicat national des officiers et marins de la pêche hauturière (SNOMPH) a publié un communiqué dans lequel il réfute tout soutien aux démarches et décisions de l’OMP.
A l’entame de ce communiqué, le SNOMPH explique que «contrairement à ce qu’affirme le management de cette société basée à Tan Tan, le syndicat s’interdit de porter crédit à une démarche basée sur le chantage à l’Etat au détriment des intérêts des marins pêcheurs».
Le SNOMPH précise que «l’OMP est, à l’instar d’autres sociétés opérant dans le secteur, dans une situation financière difficile », mais sa décision «hasardeuse» de mettre fin à l’activité «interpelle à plus d’un titre» du fait qu’elle a été prise dans une «conjoncture favorable marquée par la reprise des captures de poulpe». Et d’ajouter : «Cette décision a privé la société d’un chiffre d’affaires potentiel de 196 millions de DH, une manne financière dont la société avait besoin».
Par ailleurs, il indique que «la crise de l’OMP est plus profonde» et évoque «un manque de confiance dans sa gestion», en mettant en exergue «la rupture des lignes de crédit de la BMCE bank et, plus révélateur encore, le refus de la société italienne la MARR,  acheteur historique de l’OMP, de lui accorder un crédit fournisseur comme il est d’usage dans la filière».
Dans ce sens, il souligne l’existence d’une «volonté de lier le sort de 1200 marins, actuellement au chômage forcé et sans indemnités, au lancement hypothétique d’un projet sardinier et de construction navale défit toute logique entrepreneuriale». Au contraire, signale le SNOMPH, «cette stratégie menée par le management de l’OMP vise à installer une nouvelle rente plutôt que de sauver sa filière de pêche hauturière céphalopodière».
 Il ajoute également que «le projet en question se base sur l’équipement des navires côtiers d’une technologie coûteuse, dont les armateurs visés ne sont pas d’accord et ne peuvent assumer le financement qu’à travers des emprunts bancaires et des subventions de l’Etat».
Le SNOMPH souligne aussi que «l’objectif de la qualité de la ressource sardinière débarquée a déjà été réglé par  la mise en place du programme Ibhar» en dénonçant «l’attitude du PDG du groupe» qu’il qualifie d’«incontestablement non citoyenne, immorale, ignoble et dangereuse» et «l’instrumentalisation de la précarité de ses ouvriers».

Libé
Samedi 16 Mars 2013

Lu 232 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs