Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bras de fer entre Attac et le ministère de l’Intérieur

Les autorités locales contraignent les activistes de l’ONG à passer la nuit à la belle étoile à Errich




Bras de fer entre Attac et le ministère de l’Intérieur
Le bras de fer entre Attac Maroc et le ministère de l’Intérieur perdure. Pas plus tard que samedi dernier, les autorités locales de la ville d’Errich ont interdit aux militants de cette organisation internationale de passer la nuit dans l’un des hôtels de la ville censé héberger les participants de la Caravane internationale en solidarité avec les victimes des microcrédits. Les activistes ont dû passer la nuit à la belle étoile devant le commissariat de la ville et sous l’œil bienveillant des forces de l’ordre.  
« Nous sommes arrivés à Errich vers minuit après des heures d’un  voyage pénible. L’ensemble des participants venus du Maroc et d’autres pays n’avaient qu’une seule envie : dormir. Le hic, c’est que l’hôtel a été fermé et son propriétaire était aux abonnés absents», nous a raconté Salaheddine Lemaizi, militant d’Attac Maroc, avant d’ajouter : « Contacté par l’un de nos militants, ce propriétaire nous a révélé qu’il avait subi des pressions de la part des autorités locales».
Une position jugée provocante et inacceptable par les participants à cette caravane organisée du 24 au 27 avril 2014 par Attac/CADTM Maroc et l’Association de protection populaire pour le développement social; lesquels ont décidé d’organiser une marche de protestation qui a parcouru les rues désertes de la ville avant de s’arrêter devant le commissariat de police vers trois heures du matin. «A Errich, il n’y avait pas d’interlocuteurs officiels. Il n’y avait que la police. Le commissaire  de police de cette ville nous a indiqué que la décision de fermeture de l’hôtel a été prise par le gouverneur de Midelt. Pire, il nous a signifié sur un ton menaçant que c’est à nous de nous débrouiller sinon la police trouvera une solution pour nous», nous a confié notre source. 
Des menaces qui ne semblent pas avoir fait trembler les militants d’Attac Maroc qui ont décidé de passer la nuit devant le commissariat dans le froid, encerclés par des agents des forces de l’ordre et des éléments de la DGST.      
Pourtant, l’incident de la ville d’Errich n’a pas été le seul dans la série de provocations et de restrictions menées contre la Caravane internationale de solidarité avec les victimes du microcrédit. Les militants d’Attac se sont vu interdire, dès le lancement de leur caravane, l’accès à une salle de conférence à Ouarzazate. Une interdiction que les responsables de la commune de Kelaat Magouna réitèreront le samedi 26 avril.  Ces militants se sont également vu interdire la réservation des autocars et ont été obligés de se déplacer en grands taxis. « Pourquoi les autorités sont-elles sur le qui-vive alors qu’il s’agit d’une simple caravane destinée à rencontrer les victimes du  microcrédit, à les soutenir et à manifester sa solidarité avec leur combat? On se savait pas qu’Attac Maroc dérangeait à ce point les pouvoirs publics », a conclu notre source.  

Hassan Bentaleb
Mercredi 30 Avril 2014

Lu 1356 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs