Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bras de fer dans l'Est de l’Ukraine

Rencontre aujourd’hui entre l’Ukraine, la Russie, les Etats-Unis et l’Union européenne




Bras de fer dans l'Est  de l’Ukraine
Insurgés pro-russes et forces armées ukrainiennes se livraient mercredi un bras de fer tendu dans l'Est, à la veille de pourparlers où Moscou veut exiger une "fédéralisation" qui menace le pays d'éclatement selon le gouvernement pro-européen de Kiev.
 Les services spéciaux ukrainiens ont accusé les groupes armés pro-russes d'avoir reçu l'ordre de "tirer pour tuer" faisant encore monter la pression. Et le ministère de la Défense a affirmé que deux militaires avaient été "pris en otages" mardi dans la région de Lougansk. 
Une colonne de six transports de troupes blindés, arborant le drapeau russe, stationnait à Slaviansk, à quelques km au nord, ville emblématique de la dernière série d'insurrections pro-russes, contrôlée depuis dimanche par des insurgés armés.
 Les blindés étaient arrivés dans la matinée depuis la localité voisine de Kramatorsk, à quelques km plus au sud.
Plusieurs dizaines d'hommes vêtus des mêmes uniformes sans insignes, mais avec des rubans de Saint-Georges orange et noir, ordre honorifique des forces armées russes, étaient installés sur les blindés. Ils étaient équipés d'armes de guerre et nombre d'entre eux portaient des cagoules noires.
 La provenance des blindés n'était pas immédiatement connue, l'agence Interfax-Ukraine affirmait qu'il s'agissait de blindés ukrainiens pris par les pro-russes à leur entrée dans Kramatorsk, mais ni le ministère ukrainien de l'Intérieur, ni celui de la Défense, interrogés par l'AFP n'ont reconnu la perte de tels équipements.
 Mardi, les troupes ukrainiennes avaient avancé en direction de cette localité depuis le nord et le sud, pour prendre les séparatistes en étau.
Les autorités de Kiev et les Occidentaux affirment que les "hommes verts", comme des groupes armés sont surnommés en Ukraine, sont en fait des militaires russes, à l'image de ceux qui étaient intervenus en mars dans la péninsule ukrainienne de Crimée avant son rattachement à la Russie.  La Russie dément, accusant au contraire les autorités pro-européennes issues du renversement fin février d'un régime pro-russe lors de soulèvements violents à Kiev, d'avoir conduit le pays "au bord de la guerre civile", comme le président Vladimir Poutine l'a encore dit à la chancelière allemande Angela Merkel mardi soir au téléphone.
 Les autorités de Kiev, que Moscou ne reconnaît pas, avaient lancé dimanche une "opération antiterroriste de grande envergure" dans l'Est russophone du pays pour reprendre la main après la deuxième série de soulèvements pro-russes en une semaine, qui a vu des séparatistes s'emparer de bâtiments publics dans plus d'une demi-douzaine de villes.  Mercredi matin, dans un nouveau défi au pouvoir central, un groupe d'hommes cagoulés et armés a pénétré dans la mairie de Donetsk, grande ville de l'Est de l'Ukraine, où des séparatistes avaient déjà proclamé une "république souveraine". Les inconnus n'empêchaient pas les employés d'entrer et sortir du bâtiment, affirmant avoir pour seule revendication l'organisation d'un référendum sur la "fédéralisation" de l'Ukraine.
 Les pro-russes réclament en effet un rattachement à la Russie, ou au minimum une "fédéralisation" de l'Ukraine, pour donner de grands pouvoirs aux régions. 

AFP
Jeudi 17 Avril 2014

Lu 489 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs