Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Boulevard Mohammed VI à Marrakech: La balade des gens heureux




Boulevard Mohammed VI à Marrakech: La balade des gens heureux
Comme d'habitude, à cette même période de l’année, les gens n'ont d'autre sujet de discussion que les vagues de chaleur que connaît le pays, et les villes du Sud en particulier. Malgré la canicule, qui atteint des températures élevées, Marrakech ne désemplit pas. Tout le monde ou presque, surtout ceux qui la visitent occasionnellement, parlent d'un Marrakech by night réservé à la classe nantie qui s'y donne rendez- vous en cette période. Mais par enchantement, ceux qui connaissent bien la ville des sept saints savent que ce n'est pas vrai, et que la ville que nos pères ont connu est toujours là.
Avec les vagues de chaleur répétitives de ces dernières semaines, les Marrakchis, mais aussi les visiteurs, qu'ils soient nationaux ou étrangers, surtout la nuit, quittent les maisons pour une bouffée d'air à la belle étoile. Vieux et jeunes, hommes et femmes, tous savent que cette bouffée, on peut la savourer uniquement au Boulevard Mohammed VI, anciennement connu par « Avenue de France». Ceux qui se rappellent cette avenue pendant les années 80 et 90, découvriront avec plaisir qu'elle est toujours ce qu'elle était il y a dix ou vingt ans, à l'exception de l'infrastructure avoisinante qui a suivi bien évidemment l'air du temps. Un sexagénaire, un vrai mordu du lieu confie : « Depuis que j'étais jeune, je passais souvent mes soirées d'été ici. C'est une ambiance que je ne trouve  nullle part et je suis très content de voir que mes fils et petits-fils ont fait le même choix ». Oui, le Boulevard Mohammed VI est, comme les Marrakchis aiment l'appeler, la plage de Marrakech. Ces dernières semaines, cet espace vert par excellence est devenu le lieu de rendez- vous incontournable de tous ceux qui cherchent un peu d'air frais, car à l'intérieur des maisons, la chaleur est suffocante. Chaque soir, à partir de 20 h, le boulevard commence à prendre corps, d'abord par ceux qui doivent rentrer un peu tôt, puis par ceux qui comptent y rester plus longtemps. Pour ce qui est des divertissements, on a droit  à toute une panoplie. Certains se contentent de longer le boulevard, discutant, chantonnant ou même rêvant d'une éventuelle vie idéale à deux. D'autres préfèrent jouer aux cartes, crient à chaque triche, rient ou chambrent les perdants à chaque fin de partie, allant de temps à autre chercher des bouteilles de limonade, le seul pari dans ce genre de jeu. Ou encore, mais un peu plus tard, ceux qui décident de dîner sur place et qui apportent une « tanjia » locale, source de convoitise des passants qui ne peuvent s'empêcher de jeter un coup d'œil, ou parfois un petit mot pour se faire inviter, ce qui n'est pas impossible au Boulevard Mohammed VI. A ce propos, une mère de famille a confié : « Manger au beau milieu des gens paraît parfois gênant, c'est d'ailleurs ce que disent certains, mais quand c'est une pratique que vous héritez de père en fils, vous n'y pouvez rien et vous trouvez même que c'est normal ».  Côté animation, si rien ou presque n'est programmé à l'avance, les jeunes, et parfois même les moins jeunes, ne se privent pas de donner à ces pique-niques nocturnes un charme assez particulier, car, comme disent certains Bahjaouis, « il n'y a pas mieux pour le plaisir que ce qui n'est pas programmé ». Ces petits groupes musicaux , qui se créent à l'occasion, attirent énormément de gens à tel point que parfois, même fatigués, les «artistes» ne peuvent plus s'arrêter, tellement ils sont sollicités par le public. Si tout cela est agréable à vivre lors de ces soirées au Boulevard Mohammed VI, ce qui l'est plus sont tous ces parfums que l'on peut sentir au cours de cette balade nocturne, parfums de fleurs qui ne fanent pas totalement malgré la chaleur du jour, odeurs d'épices qui se dégagent de ces plats apportés pour être dégustés et mangés à la belle étoile, parfums du gazon, de l'eau et de tout ce que la nature a donné et su protéger malgré la présence quotidienne de ces milliers de visiteurs qui, nuit après nuit, continuent à s’adonner à ces balades nocturnes.

Khalil BENMOUYA
Lundi 16 Juillet 2012

Lu 1131 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs