Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bouillons de culture




Bouillons de culture
Festival Timitar 
 
Le coup d'envoi de la 11ème édition du Festival Timitar Signes et culture a été donné, mercredi soir à Agadir, avec à la clé une riche palette de spectacles, de sons et de rythmes qui se veulent, comme à  l'accoutumée, une invite au partage d'un voyage musical de quatre jours, riche  et intense réunissant artistes amazighs et artistes du monde.
Placée sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI, cette manifestation  artistique (18/21 juin) a démarré à la Place Al Amal avec Ahwach Aït Baâmrane,  avant de passer le relais à l'artiste amazigh Ali Faiq, qui s'inspire de la  musique des Rways, puis à l'Orchestre national de Barbès (France), Rayss  Outaleb Lamzoudi et au VJ Addictive TV (Royaume-Uni).
Au Théâtre de Verdure, les mélomanes ont eu droit à l'afro-beat avec Sia  Tolno de la Guinée Conakry, aux prestations de la chanteuse américaine  résidente au Maroc Jennifer Grout et de la chanteuse marocaine résidente aux  Etats-Unis Nidal Ibourk avec l'Ensemble Rachid Zeroual, ainsi qu'aux airs  langoureux de Lahoucine Aït Baâmrane.
 
Bernard Pivot
 
Dans ses bagages, une caisse de livres: l'été de Bernard Pivot, comme celui des autres jurés Goncourt, rimera avec intense lecture, même si le ballon rond "perturbera le mois de juillet", avoue ce fan de foot.
"Mes « devoirs de vacances » prendront un peu de retard... Les treize premiers jours de juillet vont être perturbés par la Coupe du monde, mais je me rattraperai !", confie à l'AFP l'un des plus célèbres journalistes littéraires et longtemps star du petit écran.  
"Je ne lis pas en regardant un match, ni n'en regarde entre deux chapitres ! Et je fais une chronique sur le Mondial pour Le Soir", le journal belge, explique Bernard Pivot, qui fut consultant de France 2 pour quatre Coupes du monde.  
"Pendant l'été, je lis une cinquantaine de romans français de la rentrée, très attentivement, et 25 auxquels je jette un œil et donne parfois une seconde chance. C'était la même chose du temps « d'Apostrophes »", relève Bernard Pivot, 79 ans et juré depuis 2004.
 

Samedi 21 Juin 2014

Lu 1573 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs