Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bouillon de culture




Site archéologique
Le ministère de la Culture et de la Communication œuvre actuellement à classer Jbel Irhoud parmi les sites archéologiques et historiques mondiaux, a souligné récemment à Youssoufia, le ministre de la Culture et de la Communication, Mohamed Laâraj.“Actuellement, le ministère œuvre à classer Jbel Irhoud parmi les sites historiques nationaux et mondiaux vu sa valeur archéologique certaine pour l’humanité entière”, a-t-il indiqué dans une déclaration à la MAP à l’occasion d’une visite effectuée à ce site.Et d’ajouter que cette région est susceptible de révéler aux chercheurs d’autres découvertes archéologiques à caractère international, ce qui incite le ministère à prendre en considération ces données pour rendre Jbel Irdhoud un site archéologique et historique à même d’attirer les chercheurs de par le monde. Dans ce contexte, M. Laâraj a relevé que plusieurs établissements et instituts internationaux portent un grand intérêt à ce site devenu célèbre à l’échelle mondiale depuis qu’une équipe internationale avait mis au jour des restes d’Homo sapiens, datant d’environ 300.000 ans et associés à des outillages de pierre et des restes de faunes.

Hamid Kirane n’est plus
L’artiste plasticien, chorégraphe et poète marocain Hamid Kirane est décédé, samedi soir, dans une clinique à Rabat, à l’âge de 82 ans. Après la prière d’Addohr au cimetière Chouhada à Rabat, la dépouille du défunt a été inhumée dimanche dans un climat de recueillement, en présence des membres de sa famille, de ses amis et de plusieurs personnalités, notamment des artistes, des intellectuels et des journalistes. Dans des déclarations à la MAP, l’artiste plasticien Abderrahmane El Ouidani, un ami du défunt, a indiqué que feu Hamid Kirane, qui figurait parmi la première génération d’artistes plasticiens marocains, est, aussi, l’auteur de poèmes écrits en français qui lui inspiraient des oeuvres plasticiennes.Né en 1935 dans le préside occupé de Sebta, d’un père marocain et d’une mère espagnole, le défunt faisait également partie des artistes spécialisés dans l’emploi des couleurs, un domaine dans lequel il s’était illustré, selon le témoignage de M. El Ouidani.

Mardi 8 Août 2017

Lu 137 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs