Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bouillon de culture




Jay Z 

Jay Z devrait être le premier rappeur à faire son entrée au Songwriters Hall of Fame, le panthéon des paroliers, a indiqué mercredi l'organisation. Le célèbre rappeur américain, fort de la vente de plus de 100 millions de disques depuis son premier album "Reasonable Doubt" en 1996, et récompensé 21 fois aux Grammy Awards, devrait faire son entrée formelle le 15 juin au temple des paroliers, souvent éclipsés par les chanteurs et chanteuses qui eux peuvent prétendre au plus célèbre encore Rock and Roll Hall of Fame.

Rihanna 

La superstar du R&B Rihanna est connue pour ses chansons à succès et ses tenues affriolantes, mais l'université américaine de Harvard a honoré mercredi une autre facette de sa personnalité en la nommant personnalité humanitaire de l'année. La chanteuse de 29 ans originaire de La Barbade recevra son prix en mains propres sur le campus de la prestigieuse institution le 28 février. "Rihanna grâce à son travail caritatif a construit un centre d'oncologie et de médecine nucléaire de tout premier ordre pour diagnostiquer et traiter le cancer du sein à l'hôpital Queen Elizabeth de Bridgetown, à La Barbade", a souligné le directeur de la fondation Harvard, S. Allen Counter.

Bowie

Un an après sa mort, David Bowie a raflé à titre posthume les récompenses d'artiste et d'album britanniques de l'année mercredi soir à Londres lors de la 37e édition des Brit Awards. C'est la troisième fois, après 1984 et 2014, que l'icône de la pop, décédé le 10 janvier 2016 à l'âge de 69 ans, est élu meilleur artiste, et ce moment a été célébré avec émotion. "Si David Bowie avait pu être ici ce soir, il ne serait probablement pas venu", a plaisanté l'acteur américain Michael C. Hall (Dexter), qui joue dans la comédie musicale Lazarus composée par Bowie et qui est venu chercher le trophée sur scène.
Bowie a ensuite doublé la mise dans la catégorie reine de l'album de l'année, avec "Blackstar", sorti deux jours avant sa mort. Là, c'est son propre fils, le réalisateur Duncan Jones, qui a reçu la récompense des mains de Noel Gallagher, du groupe Oasis, qui a lancé "The King" en tendant son micro vers le ciel. "Il a toujours soutenu les gens un peu bizarres, un peu différents.
Ce trophée est pour tous les dingos et les gens qui font les fous", a dit Duncan Jones. Blackstar, album testament, n'avait même pas été pré-sélectionné aux Grammy Awards il y a dix jours à Los Angeles, où Bowie a tout de même remporté cinq autres récompenses.

Libé
Vendredi 24 Février 2017

Lu 191 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs