Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bouillon de culture




Festival
La troisième édition du Festival Benguerir du cinéma aura lieu du 7 au 10 avril, sous le thème “Le cinéma et les valeurs humaines universelles”. Organisée par l’Association Panorama pour la culture et le développement, en  partenariat avec le Conseil communal de la ville de Benguerir et l’Institut spécialisé du cinéma et de l’audiovisuel (ISCA) et avec le soutien de la préfecture de Rhamna, le Centre cinématographique marocain (CCM), l’Office chérifien des phosphates (OCP) et la Fondation Rhamna pour le développement durable, cette édition vise à enrichir la culture cinématographique dans la région à travers l’accès à certaines œuvres cinématographiques.
Selon les organisateurs, cette manifestation cinématographique permet d’encourager les parties concernées à mener des initiatives dans les domaines de la créativité et de la production cinématographique. Le nombre de films officiellement enregistrés par les réalisateurs et les producteurs a atteint plus de 60 courts métrages issus de différents pays, alors que 20 films représentant plusieurs pays arabes et étrangers ont été sélectionnés pour les différentes compétitions.

Vocaliste
Le jeune vocaliste marocain Abderrafie Bennouna, connu comme étant l’une des plus belles voix du conservatoire de musique de Fès et parmi les meilleurs interprètes des chants soufi, andalou et Melhoun, a fait  une brillante prestation lors d’un événement culturel organisé récemment au Koweït. Devant un parterre de convives et d’amateurs de musiques du monde, Bennouna a exprimé diverses manifestations de la foi, à travers les invocations d’Allah et les éloges du Prophète Sidna Mohammed, a souligné un communiqué de  l’Association des parents et élèves du conservatoire de Fès, relevant que l’artiste a réussi à décliner un répertoire musical riche et varié, composé de chants soufis et andalous imprégnés de mélodies grégoriennes.
Abderrafie Bennouna a ainsi replongé les mélomanes noctambules dans un passé lointain, celui du bonheur des retrouvailles et de la convivialité spirituelle réussie grâce aux philtres dont seul le chant soufi en possède les  fulgurances.

 

Mercredi 6 Avril 2016

Lu 301 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs