Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bouillon de culture




Journée mondiale
de la poésie

La ville de Chefchaouen célèbre lundi et mardi la Journée mondiale de la poésie, une occasion pour les  amoureux de la littérature de ressentir, réfléchir et apprécier la poésie vivante.
Cette manifestation culturelle qui honorera les poètes et la poésie permettra d’apprécier le jeu des mots et la beauté des expressions littéraires et constituera aussi une occasion pour la consécration des valeurs de communication entre les poètes et le grand public, selon un communiqué de l’association. “Les amis d’Al Mouaatamid” initiatrice de l’évènement.
L’association a veillé cette année à célébrer la Journée mondiale de la poésie dans les établissements d’enseignement en milieu rural et dans les régions désenclavées dans le but de contribuer à la diffusion du savoir  littéraire, d’encourager les générations futures à entreprendre ce genre d’initiatives et de transmettre les valeurs humaines de tolérance et de coexistence entre les peuples, ajoute le communiqué.
Cette initiative littéraire, qui sera organisée au lycée Tarek Ibnou Ziyad à la commune rurale Bni Darkoul et au lycée qualifiant Mohamed Abderrahmane Zitan  à la Commune El Ghadir, vise également à donner un nouvel élan à la poésie dans les établissements d’enseignement et à encourager la lecture et l’expression poétique.  

Projection

Le film marocain “La cinquième corde” de la réalisatrice Selma Bargach a été projeté, vendredi dernier, dans le cadre de la 19ème édition de la semaine de la Francophonie à Brasilia, organisée du 16 au 23 mars courant. Projeté au prestigieux Centro Cultural Banco Brasil (CCBB) au grand bonheur des cinéphiles brésiliens et étrangers, le long-métrage fait partie du programme de la participation marocaine aux activités de la semaine de la francophonie de Brasilia. Réalisé en 2011, “La cinquième corde” relate en 98 minutes le parcours créatif de Malek, un passionné de luth, qui, voulant encore progresser, arrive chez son oncle Amir, maître de musique et détenteur du secret de la 5ème corde, symbole de renouveau que Ziryab a ajouté à son Oud au IXème siècle. Premier long-métrage de la cinéaste marocaine qui en a également écrit le scénario, “La cinquième corde” a obtenu plusieurs distinctions et participé à des rencontres internationales.

 

Lundi 21 Mars 2016

Lu 578 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs