Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bouillon de culture




Bouillon de culture
Exposition 
Un vernissage de l'exposition "Color Kits" de Myriam El Haïk placé sous le  thème "Un jeu de société qui se joue et s'expose" est prévu, le 28 mai, à la Galerie Fan Dok à Rabat.
A travers cette exposition, l'artiste "propose de nouvelles pièces, des pièces de jeu comme autant de morceaux de couleur qui vont s'organiser en un  jeu de société qu'elle a appelé Color Kits", indique dans un communiqué la directrice de la Galerie Hakima Lebbar. "Myriam El Haïk a d'abord été remarquée pour son travail de musicienne, et c'est à travers l'écriture musicale qu'elle en est venue à l'écriture  picturale", ajoute-t-elle, rappelant au passage que les recherches de cette  artiste "dans les deux domaines artistiques questionnent la répétition et la variation". "Color Kits est un jeu de modules issus de 7 découpes différentes d'un format raisin (50x65cm), assemblées les unes à côté des autres dans un agencement choisi par l'artiste. Le tout forme un polyptique de 18 unités", explique Mme Lebbar.

Marcus Belgrave
Le trompettiste américain Marcus Belgrave, qui a joué avec certains des plus grands noms du jazz, dont Ray Charles et Dizzy Gillespie, est mort dimanche à l'âge de 78 ans. Le musicien, originaire de Detroit, est décédé à Ann Arbor (Michigan) d'une défaillance cardiaque, a indiqué la presse locale. 
Belgrave a eu une grande influence sur la scène de jazz de Detroit et a continué à jouer presque jusqu'à sa mort - animant même de son lit d'hôpital de brèves jam-sessions avec d'autres musiciens, selon la même source. "Il a été un mentor pour des générations entières de musiciens, et, sans lui, la musique n'aurait pas été révélée à beaucoup d'entre nous", a déclaré le bassiste Rodney Whitaker. 
Marcus Belgrave est devenu trompettiste professionnel dès l'âge de 12 ans et a joué avec Ray Charles à la fin des années 1950 et au début des années 1960. Il a aussi joué avec d'autres grands noms du jazz américain comme Max Roach et Charlie Mingus. "Si j'avais Marcus Belgrave, mon groupe serait le meilleur", déclarait Mingus au magazine Down Beat en 1975, déplorant de ne pas réussir à convaincre Belgrave de quitter Detroit pour New York

Mercredi 27 Mai 2015

Lu 183 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs