Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bouillon de culture




Bouillon de culture
Production audiovisuelle

Le projet du documentaire "La femme à la caméra" de la jeune cinéaste marocaine Karima Zoubir a été sélectionné pour bénéficier du soutien du Fonds francophone de production audiovisuelle du Sud, a annoncé jeudi l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF).
Le film, qui raconte l'histoire d'une femme passionnée par l'enregistrement de cérémonies réservées exclusivement aux femmes, sera financé à hauteur de 15.000 euros au titre d'aide à la production, précise un communiqué de l'OIF qui gère ce fonds conjointement avec le Conseil international des radios et télévisions d'expression française (CIRTEF).
Il figure parmi les 21 projets retenus lors de la session de novembre de la commission cinéma du Fonds francophone de production audiovisuelle du Sud, composée de représentants de l'OIF et du CIRTEF, ainsi que de professionnels de la télévision représentant "la diversité culturelle et géographique de la Francophonie".

Les intellectuels arabes et le Maroc

Venus de divers pays arabes, des intellectuels aux référentiels et intérêts tout aussi différents, se sont réunis récemment à Rabat, pour revivre des fragments d'histoire, raconter leur passion, dévouement et amour authentique pour un Maroc qui les a accueillis des années durant.
Avec une nostalgie tendre et vivace au tout début de leur rencontre avec ce Maroc, qui se résumait, à leurs yeux, à des mots, des histoires, Ali Kacimi, (Irak), Talha Jibril (Soudan), Wassef Mansour et Mahmoud Maarouf (Palestine) sont revenus, chacun, sur cette histoire, ce parcours et ce destin qui les a conduits là où ils ont été accueillis par amour et noblesse, par reconsidération et respect, par générosité et altruisme. Cette rencontre/témoignage, marquée par la présence de personnalités des milieux culturel et médiatique, était organisée à l’initiative du Cercle de presse de la MAP.

Hommage à Mustapha Yaala

La Faculté des lettres et des sciences humaines de l'Université Ibn Tofail de  Kénitra a rendu hommage récemment à l'un des siens, le professeur et écrivain Mustapha Yaala, fondateur du laboratoire des études et de recherches littéraires "Arkhabil".
Cet hommage lui a été rendu lors d'une journée d'étude sur le thème "Les composantes du discours narratif, approches dans des expériences marocaines", animée par plusieurs professeurs de la Faculté de Kénitra et d'autres facultés marocaines à travers  deux séances: l'une consacrée aux récits et essais critiques de Mustapha Yaala et l'autre à des expériences narratives marocaines.
Cet hommage, selon le doyen de la Faculté, Abdelhanine Belhaj, constitue une reconnaissance de l'apport du Dr. Yaala en matière de recherches dans le domaine de la littérature arabe et populaire.

Libé
Samedi 1 Décembre 2012

Lu 251 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs