Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Boudrika-Taoussi, un duo…d’échec

Les Verts entre un président brouillon et un entraîneur fanfaron




Le Raja de Boudrika et Taoussi est enfin parvenu à « gagner ». Et Taoussi qui, jusque-là, rasait les murs, de se faire  un devoir de s’épancher dans tous les micros et de bomber le torse face à toutes les caméras.
Ce n’est que le début. Encore un autre « succès » si petit soit-il, et l’on va, à coup sûr, se farcir ses inappropriés « Allahou Akbar »,  ses gestes et mimiques triomphalistes  à l’affût des objectifs les plus improbables et ses « analyses » toujours trop pertinentes.
Non, il va falloir tout de même saluer à juste titre ce trop grand exploit. Taoussi vient, en effet, de « gagner » avec ces mêmes joueurs qu’il avait qualifiés d’incapables. N’a-t-il pas reproché à son prédécesseur, Krol, d’avoir procédé à des recrutements à l’emporte-pièce, et une préparation indigne ? Juste pour rappel, le même Taoussi quand il a…daigné remplacer  au pied levé le même Krol alors qu’il n’avait même pas quitté dans les règles de l’art, le MAS, il s’est laissé envahir par un enthousiasme débordant en se disant comblé de se retrouver à la tête du Raja, « une vraie sélection », a-t-il lancé sans sourciller.
 Avant ces trois points indûment accrochés, il faut bien le dire, il s’était débarrassé de quelques joueurs tels l’excellent Gadoume, ou le très bon Bamâamer, qui connaissent trop l’homme,  préféré prendre la clé des champs.  Il en a fait de même avec  le préparateur physique et le médecin du club, deux personnes qui ont de tout temps prouvé leur compétence et mérité le respect de tous.
Maintenant qu’il commence à gagner, le président Boudrika n’a qu’à bien se tenir, surtout si celui compte ne pas tenir parole pour partir avant que le bateau vert ne chavire pour de bon.
Ne pas oublier,  cependant, que Taoussi a ramené dans ses bagages un certain Khiyati comme adjoint et qu’il s’emploie à se faire entourer de tout un staff qui s’était fait engraisser aux pétrodollars pour pas grand-chose, sinon rien.
Et là, en…540  minutes de jeu, le Raja  a eu droit à quatre « hénormes » points, avec un point engrangé à El Jadida grâce à un arbitre qui  a arbitrairement, refusé au DHJ un but qui aurait pu avoir toutes  les chances de figurer dans le  Top 10 des meilleurs réalisations de la saison.
L’actuel président dit vouloir partir. Il est grand temps.  Il n’en reste pas moins qu’il devait le faire avant d’avoir eu recours  à un entraîneur qui n’a ni l’étoffe, ni la sagesse de présider aux destinées techniques du Raja.
 Disons-le en toute franchise. Le Raja est plus grand, beaucoup plus grand qu’un Mohamed Boudrika ou un Rachid Taoussi.

Mahmoud Sidhoum
Mardi 15 Décembre 2015

Lu 509 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs