Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bosman, il a révolutionné le foot mais il est fauché




Son nom est définitivement associé à une réforme qui a bouleversé le football professionnel des quinze dernières années. Le Belge, Jean-Marc Bosman, 46 ans, vit aujourd’hui sous antidépresseurs et profite d’aides sociales. Il appelle à l’aide et veut 3000 euros par mois.
A force de parler de l’arrêt Bosman, on finit par en oublier qui est ce Bosman. Aujourd’hui âgé de 46 ans, Jean-Marc Bosman est un ancien footballeur belge à l’origine d’une révolution dans le monde du football professionnel européen. Grâce (ou à cause, c’est selon) à lui, tout joueur en fin de contrat est désormais libre de circuler librement en Europe, comme n’importe quel travailleur, sans limite de quota de nationalités dans les clubs. Une reconnaissance que Bosman avait mis plus de cinq ans avant d’ obtenir.
Une demi-décennie pendant laquelle il ne jouera que très peu et malgré l’issue victorieuse de son combat, il ne pourra en profiter. Dépression, ruine, alcool, mariage qui tourne mal, Bosman est au plus mal. Plus de quinze ans après les faits, il cherche toujours la reconnaissance du milieu. “Je suis toujours sous antidépresseurs, a-t-il confié dans un entretien à RMC Sport. Ce qui est malheureux, c’est que je me suis battu pendant cinq ans pour défendre mes convictions. Tout le monde a oublié l’homme qui est à l’origine de l’arrêt Bosman. J’ai enrichi le monde du football et moi, je me retrouve avec rien. Je voudrais un peu de reconnaissance.”
“Je veux pouvoir subvenir aux besoins de ma famille. Je ne demande pas des fortunes”
Car Bosman, au chômage, ne vit qu’avec un peu plus de 700 euros mensuels d’aides sociales. De quoi forcément se lamenter quand il entend les sommes perçues pour ses successeurs. “Prenez un joueur comme Rooney. Il a fait valoir ses droits en menaçant de mettre l’arrêt Bosman en jeu, a-t-il démontré. Au lieu de partir au Real, il est finalement resté à Manchester avec un contrat revu à la hausse. Il gagne à peu près 40 000 euros par jour (plutôt 30 000). J’estime qu’on devrait faire quelque chose pour moi.” Et ce quelque chose serait qu’il soit aidé financièrement par les instances du foot: “J’aimerais bien au moins bénéficier d’un salaire décent, a-t-il réclamé. La démarche, ce serait de me donner un salaire pour que je puisse élever mes enfants en faisant du sport amateur, et pas professionnel. Je veux pouvoir subvenir aux besoins de ma famille. Je ne demande pas des fortunes, je ne demande pas 40 000 euros par jour, mais environ 3 000 euros par mois.”
Bosman en profite également pour égratigner le président de la FIFA : “Je n’ai pas trop de respect pour “M. Blabla” (Joseph Blatter), qui n’est qu’un dictateur, a-t-il tonné. Il ne pense qu’à engranger de plus en plus d’argent. La FIFA dégouline d’argent.” La requête de Bosman peut paraître bien saugrenue, plus de quinze ans après les faits. Mais ce n’est pas avec ce ton bien acerbe et rancunier qu’il va réussir à obtenir quelque chose de la fédération internationale.

Chronofoot
Mercredi 2 Mars 2011

Lu 500 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs