Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bolt seigneurial sur la piste olympique




Une deuxième médaille d'or, cette fois sur 200 m, tend les bras à Usain Bolt jeudi aux JO de Rio, plombés par l'arrestation d'un membre éminent du CIO et l'interpellation de deux nageurs américains débarqués de l'avion.
Qui peut le battre ? Sûrement pas son grand rival américain Justin Gatlin, éliminé mercredi. Usain Bolt semble intouchable sur 200 m, tant il a dominé les demi-finales (meilleur temps en 19 sec 78), se permettant même un échange de sourires et d'amabilités à l'arrivée avec le prometteur canadien Andre de Grasse, probablement son adversaire le plus dangereux.
Voilà donc Bolt, vainqueur du 100 m dimanche, en ballottage très favorable pour remporter le 200 m. Puis, il sera temps de s'attaquer à la troisième partie de son défi, le relais 4x100 m, dont la finale est prévue vendredi.
"La Foudre" vise le "triple-triple" (100 m, 200 m, 4x100 m) avec ses titres de Pékin en 2008 et de Londres il y a quatre ans. Il rejoindrait deux légendes, le Finlandais "volant" Paavo Nurmi et le grand Carl Lewis, parmi les sportifs les plus titrés (9 or) de l'histoire des Jeux en athlétisme.
L'épisode quotidien Bolt constitue une parenthèse enchantée au milieu des affaires qui s'entrechoquent depuis le début des JO. Après les conséquences du dopage en Russie, les Jeux ont basculé dans le fait divers.
La journée de mercredi a débuté avec l'arrestation au petit matin de l'Irlandais Patrick Hickey, l'un des plus hauts dirigeants du CIO.
Président (entre autres) des Comités olympiques européens (EOC), il est accusé d'être impliqué dans un réseau de vente illégale de billets pour les Jeux.
Agé de 71 ans et hospitalisé juste après son interpellation, il a annoncé peu après qu'il démissionnait "temporairement" de toutes ses fonctions. Un coup de filet qui s'accompagne d'une série d'arrestations et de plusieurs autres mandats d'arrêt.
Au total, la police avait saisi 781 billets qui étaient revendus à des prix très élevés. Ceux pour la cérémonie d'ouverture étaient vendus 8000 dollars (7200 euros), alors que le prix officiel le plus élevé était de 1300 dollars (1200 euros).
Le trafic a généré une recette "d'au moins 10 millions de réais (2,8 millions d'euros). La valeur faciale des tickets saisis est de 626.000 réais, mais ils étaient revendus jusqu'à 30 fois leur prix", a indiqué mercredi Ricardo Barbosa, de l'unité anti-fraudes de la police de Rio.
L'autre affaire extra-sportive vise la délégation américaine, qui occupe la première place au classement des médailles. Deux nageurs, Gunnar Bentz et Jack Conger, ont été débarqués de leur avion du retour à l'aéroport de Rio.
Une juge avait décelé "certaines incohérences" dans leurs témoignages, à la suite d'une agression dont ils disent avoir été victimes, avec deux de leurs coéquipiers, dimanche au petit matin.
 "Il est à noter que les victimes sont rentrées physiquement et mentalement en pleine forme, au point de plaisanter entre eux", souligne la juge Keyla Blank qui se base sur des images enregistrées par les caméras de sécurité à leur retour au Village olympique, où résident les athlètes.
Outre les deux nageurs interpellés au moment de quitter le Brésil, un troisième James Feigen se trouve toujours dans le pays, selon le site d'informations G1.
Le quatrième, Ryan Lochte, six fois médaillé d'or olympique durant sa carrière, est lui déjà aux Etats-Unis, a affirmé son avocat alors que la juge avait ordonné la confiscation de son passeport ainsi que celui de Feigen.
Au milieu de la nuit, les deux hommes ont quitté l'aéroport à bord d'une voiture, devant une nuée de journalistes, a constaté l'AFP. Ils sont convoqués jeudi matin dans les locaux du département tourisme de la police de Rio.
Cet épisode rocambolesque n'a pas déteint sur le reste de la délégation US, et notamment sur les basketteurs logés dans un paquebot, mouillé dans le port de Rio, loin du Village olympique.
Poussifs depuis le début de la quinzaine, ils ont balayé l'Argentine (105-78) pour se hisser en demi-finale, où ils affronteront l'Espagne vendredi.
Les Américains se sont peut-être inspirés des footballeurs brésiliens. Encadrée par la superstar Neymar, l'équipe olympique (-23 ans) a balayé le Honduras (6-0) pour se hisser en finale, où elle rencontrera samedi l'Allemagne.
Enfin, Darya Klishina, seule Russe admise à participer aux Jeux en athlétisme à la suite des affaires de dopage touchant son pays, a quitté les JO dans l'indifférence générale.
Elle a pris la 9e place du concours de saut en longueur. Cette affaire là, au moins, est classée !

Vendredi 19 Août 2016

Lu 875 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs