Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bolt double, le dopage quintuple




Bolt double, le dopage quintuple
Le 200 m après le 100 m... Usain Bolt a réalisé son troisième doublé consécutif en or aux Jeux olympiques jeudi à Rio, au milieu de cinq cas de dopage, dont ceux de deux médaillés.
Il n'avait pas la décontraction des derniers jours. Oublié le sourire affiché dans les derniers mètres de la demi-finale. Sous un ciel pluvieux, Usain Bolt avait enfilé l'habit de la rigueur pour réaliser le doublé et... compter jusqu'à huit.
Car il est désormais titulaire de 8 titres olympiques depuis 2008 et il reste en course pour un incroyable "triple triple", après ses triomphes à Pékin-2008 et Londres-2012 sur 100, 200 et 4x100 m.
Neuf médailles d'or aux JO lui permettraient de rejoindre deux légendes de l'athlétisme; le grand Carl Lewis et "le Finlandais volant" Paavo Nurmi.
Le dernier obstacle devait se dresser vendredi, lors du relais 4x100 m qu'il devrait partager avec Asafa Powell, Nickel Ashmeade et Yohan Blake. Avec toujours le côté aléatoire que réserve cette épreuve où une chute de bâton peut briser tous les espoirs.
Bolt, vainqueur en 19 sec 78 devant le Canadien Andre De grasse et le Français Christophe Lemaitre, enchaîne les titres, comme l'Américain Ashton Eaton, qui conserve l'or sur le décathlon.
Ces deux belles figures de l'athlétisme permettent d'éloigner un peu les nuages noirs qui tournent autour des JO avec notamment l'annonce de cinq cas de dopage, dont deux médaillés. Un vrai inventaire à la Prévert.
L'haltérophile kirghize Izzat Artykov, en bronze (- 69kg), a été exclu des Jeux pour avoir ingéré un stimulant (strychnine).
Après la compétition, le Français Bernardin Kingue, classé 8e, avait prophétisé: "Si la Fédération internationale et le CIO font les choses correctement, je pense pouvoir gagner bien quatre places, parce que les cinq premiers ne sont pas clean".
Autre médaillé tombé: le Moldave Serghei Tarnovschi, en bronze sur 1000 m en canoë en ligne (C1); suspendu avec effet immédiat.
Le TAS a également renvoyé le cycliste brésilien Kleber Da Silva Ramos, positif à l'EPO, et la nageuse chinoise Chen Xinyi, 4e du 100 m papillon (diurétique, utilisé comme produit masquant).
Enfin, le lutteur indien Narsingh Yadav (stéroïdes anabolisants), suspendu 4 ans, ne rentrera pas en compétition vendredi.
Mais la plus rocambolesque des affaires vise la délégation américaine, qui occupe la première place au classement des médailles.
Quatre nageurs US, parmi lesquels le grand Ryan Lochte (6 médailles d'or dans sa carrière), avaient raconté à la télévision (NBC) avoir été braqués par de faux policiers armés dans la nuit de dimanche à Rio. Ils ont en fait menti... Ils se seraient en fait pris le bec avec le vigile d'une station-service, qu'ils ont en partie saccagée.
"Ils se sont arrêtés à une station-service, sont allés au toilettes et, ce que la vidéosurveillance montre, c'est que l'un d'entre eux a littéralement vandalisé les toilettes, brisant des miroirs et des objets à l'intérieur", a raconté Fernando Veloso, le chef de la police de Rio.
"Ils ont commencé à pisser partout", a raconté le gérant de la station-service à un journaliste de G1, site du groupe Globo.
Comme la police tardait et qu'ils menaçaient de partir, l'agent de sécurité aurait sorti son arme. "Les athlètes n'ont pas été volés", a confirmé jeudi la police.
Deux d'entre eux (Gunnar Bentz et Jack Conger) ont été débarqués de leur avion mercredi soir. Ils ont finalement récupéré leurs passeports et quitté le Brésil jeudi soir.
Un troisième, James Feigen, se trouverait toujours au Brésil, selon plusieurs médias. Le quatrième, Ryan Lochte, est lui déjà aux Etats-Unis, a affirmé son avocat.
Une autre affaire spectaculaire avait éclaté mercredi, institutionnelle celle-là.
Au petit matin, l'Irlandais Patrick Hickey, l'un des plus hauts dirigeants du CIO et président des Comités olympiques européens (EOC), a été arrêté, accusé d'être impliqué dans un réseau de vente illégale de billets pour les Jeux.
Au total, la police a saisi 781 tickets qui étaient revendus à des prix très élevés. Ceux pour la cérémonie d'ouverture étaient vendus 8000 dollars (7200 euros), alors que le prix officiel le plus élevé était de 1300 dollars (1200 euros).
Le trafic a généré une recette "d'au moins 10 millions de réais (2,8 millions d'euros). La valeur faciale des tickets saisis est de 626.000 réais, mais ils étaient revendus jusqu'à 30 fois leur prix", avait indiqué mercredi Ricardo Barbosa, de l'unité anti-fraudes de la police de Rio.
Le bilan commence à peser lourd pour des JO marqués par nombre d'autres polémiques comme l'exclusion d'une centaine de sportifs russes en raison du scandale de dopage d'Etat dans leur pays ou les accusations de dopage portées par des nageurs contre d'autres (le fameux "Sun Yang, il pisse violet!" du Français Camille Lacourt).
D'ailleurs, dans un drôle de pied de nez, la perchiste Yelena Isinbayeva, exclue des JO-2016 comme la quasi-totalité des Russes en athlétisme, a été élue jeudi à la commission des athlètes du CIO où elle siègera pendant huit ans!

Samedi 20 Août 2016

Lu 2435 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs