Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Boko haram enlève la femme du vice-Premier ministre camerounais

Deux attentats meurtriers ont visé des mosquées chiites au Nigeria




Boko haram enlève la femme du vice-Premier ministre camerounais
Au Cameroun, le président camerounais Paul Biya a limogé mardi deux officiers supérieurs de l'armée dans le nord du Cameroun, à la suite d'attaques des islamistes de Boko Haram au cours desquelles sept personnes ont été tuées et la femme du vice-Premier ministre Amadou Ali a été enlevée. Plus de 200 islamistes de cette organisation extrémiste nigériane ont enlevé la femme du vice-Premier ministre et tué au moins trois personnes dimanche à Kolofata.
Quatre soldats ont été tués dans deux autres attaques en fin de semaine dernière. Selon un décret lu à la radio nationale, le colonel Youssa Gédéon, commandant de la Légion de gendarmerie dans le Nord, et le lieutenant-colonel Justin Ngonga, commandant du 34e bataillon d'infanterie motorisée dans la même région, ont été limogés. Ces deux officiers étaient en première ligne dans la lutte contre Boko Haram, qui a multiplié ces derniers temps les attaques dans le nord du pays. Selon le Nigeria, Boko Haram utilise le Cameroun comme base arrière. Mercredi dernier, quatre Etats africains, le Nigeria, le Niger, le Tchad et le Cameroun ont annoncé la création d'une force commune pour lutter contre Boko Haram, considérée comme une menace croissante pour la région.
Au Nigeria au moins six personnes ont péri mardi soir dans deux attentats suicide visant des mosquées de la ville de Potiskum, dans le nord-est du pays, région secouée par les attaques du groupe islamiste de Boko Haram. Le premier attentat a eu lieu contre une mosquée en plein air fréquentée par un mouvement shiite, dans le quartier de Dogo Tebo, tuant quatre fidèles. Le second attentat est survenu cinq minutes plus tard, tuant au moins deux personnes, dans une mosquée située dans les quartiers de l'imam de la ville à Anguwar Bolawa.
L'armée, a bouclé la ville peu après le double attentat, a ordonné à la population de ne pas sortir. Potiskum, carrefour commercial de l'Etat de Yobe, a déjà été le théâtre de nombreuses attaques de Boko Haram, depuis le début de l'insurrection islamiste, qui a fait au moins 10.000 morts au Nigeria depuis cinq ans.
Le groupe armé a encore intensifié ces dernières semaines le rythme effréné de ses attaques, multipliant les massacres de civils, les attentats sanglants et les enlèvements dans son fief dans le nord-est mais aussi dans le reste du pays. Kano, la plus grande ville du nord du Nigeria, majoritairement musulmane, a été la cible de cinq attentats en cinq jours et a dû annuler les célébrations associées à l'Aïd-El-Fitr, qui marque la fin du Ramadan.

Reuters & AFP
Jeudi 31 Juillet 2014

Lu 181 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs