Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Boko Haram se rappelle au bon souvenir de tous


Une cinquantaine de morts dans des affrontements au Niger et au Nigeria



Des affrontements entre Boko Haram et des soldats du Niger et du Nigeria ont fait plus d'une cinquantaine de morts dans deux opérations distinctes, l'une lancée par l'armée au Nigeria, l'autre par les rebelles islamistes au Niger dans l'un des assauts les plus meurtriers qu'ils y aient menés.
Dans un premier temps, le ministère nigérien de la Défense a annoncé samedi qu'au moins 30 militaires nigériens et deux soldats nigérians ont été tués dans une attaque massive lancée vendredi par le groupe islamiste nigérian à Bosso, une localité du Niger proche de la frontière avec le Nigeria.
Dans un second temps, c'est l'armée nigériane qui a affirmé que 19 membres présumés de Boko Haram avaient été abattus lors d'une opération militaire dans l'Etat de Borno, frontalier du Niger et du Tchad.
Des renseignements sur la présence de combattants dans un de leurs camps ont conduit les soldats et des membres de milices civiles à lancer cette attaque vendredi, a précisé l'armée nigériane dont les informations n'ont pas été confirmées de source indépendante dans l'immédiat. 
Au Niger, ce n'est pas l'armée mais Boko Haram qui a lancé l'offensive, selon le ministère nigérien de la Défense, qui a fait état d'un assaut vendredi au crépuscule par des "centaines d'assaillants" du groupe islamiste armé contre le poste militaire de reconnaissance de Bosso.
Outre les 32 soldats morts selon un bilan encore provisoire, le ministère évoque "67 militaires nigériens et nigérians blessés". 
Il s'agit d'une des attaques les plus meurtrières menées par Boko Haram au Niger depuis que ce pays est entré en guerre contre les insurgés en février 2015.
Le 25 avril 2015, Boko Haram avait anéanti une position militaire sur le lac Tchad, faisant 74 morts, dont 28 civils. Trente-deux soldats avaient également été portés disparus.
A Niamey, des dizaines de personnes ont manifesté samedi en "solidarité" avec les populations du sud-est du pays en proie aux raids de Boko Haram.
Aux cris de "Sauvez Diffa! ou "Protection et assistance pour Diffa", ville frontalière aussi endeuillée par des attaques jihadistes, membres de la société civile, syndicalistes et hommes politiques ont pris part à cette marche, la première du genre depuis l'entrée du Niger dans la guerre contre Boko Haram.
Bosso est, elle, un petit bourg à un jet de pierre du Nigeria dans le bassin du lac Tchad où les éléments de Boko Haram se sont installés après avoir été chassés de plusieurs de leurs fiefs dans le nord-est du Nigeria voisin. Bosso a été la première localité nigérienne attaquée par Boko Haram, le 6 février 2015.
L'armée a assuré que "la contre-attaque menée tôt ce matin (samedi) par nos forces de défense et de sécurité a permis de reprendre toutes les positions dans la ville de Bosso".
Selon le ministère, cette attaque intervient alors que la Force multinationale mixte - composée de 8.500 hommes originaires du Nigeria, du Niger, du Tchad, du Bénin et du Cameroun - s'apprête à lancer une offensive "décisive" contre Boko Haram dans la région du lac Tchad. Mise en place en juillet 2015, le déploiement effectif de cette force est resté jusqu'ici confus.

Libé
Lundi 6 Juin 2016

Lu 702 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs