Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Boko Haram s’attaque à des îles dans les eaux nigériennes du lac Tchad


Une vingtaine de civils tués



Boko Haram s’attaque  à des îles dans  les eaux  nigériennes du lac Tchad

Au moins 19 civils ont été tués lors d'une attaque dimanche des islamistes de Boko Haram contre trois îles situées dans le lac Tchad, extrêmement difficiles d'accès, a annoncé mardi à l'AFP un député de la zone. 
Les noyés sont "des femmes et des enfants qui ont tenté de fuir dans une pirogue qui a coulé", a poursuivi l'élu, qui a indiqué être en contact régulier avec des rescapés de l'assaut, faute d'avoir pu se rendre sur les lieux. Deux personnes ont été tuées par balles, et trois blessés sont à déplorer, selon la source. Ces victimes, "deux ressortissants nigérians", étaient soupçonnées par Boko Haram "de les avoir dénoncés auprès des forces de défense et de sécurité", a fait savoir l'armée nigérienne dans un rapport quotidien, sans plus de précision.
Les autorités nigériennes n'avaient jusque-là pas communiqué officiellement sur cette série d'attaques. L'armée n'a pas confirmé le bilan donné par le député.
La première île attaquée porte le nom de Kouikléwa, selon El Hadj Aboubacar. Des "éléments de Boko Haram" ont tiré dimanche soir sur ses habitants, "pillé les maisons", "dévalisé les boutiques" puis "mis le feu au village avant de se retirer", a-t-il raconté.
Ils ont ensuite "attaqué Tombon Bouka", une deuxième île, ainsi qu'une troisième, à proximité, selon l'élu.
"Les blessés ne peuvent pas être évacués, notamment vers Diffa (la capitale provinciale) en raison de l'interdiction de circuler à moto ou en voiture dans la zone", a-t-il indiqué.
Une opération militaire d'envergure est en cours dans la zone de Bosso, où plusieurs milliers de soldats tchadiens et nigériens sont positionnés pour lutter contre Boko Haram.
Les islamistes, de leur côté, sont "fortement présents tout au long de la longue frontière avec le Nigeria et contrôlent toute la zone, selon M. Aboubacar. Ils sont postés à chaque kilomètre le long de la frontière et sont toujours très visibles".
Selon l'armée nigérienne, des combattants de Boko Haram se sont "repliés" au sud de Malam Matori, une ville nigériane très proche de Bosso, située de l'autre côté de la frontière nigéro-nigériane, "après avoir perdu trois localités dont Baga".
D'après l'armée nigériane, Malam Fatori, contrôlée par Boko Haram, avait été bombardée fin janvier par son aviation. Selon des habitants de Bosso, les avions impliqués dans cette offensive aérienne venaient plutôt du Tchad.
Le nord-est du Nigeria est considéré comme le fief de Boko Haram, très actif, et qui mène depuis un mois des attaques au sud-est du Niger frontalier. Boko Haram avait pris Baga le 3 janvier, tuant des centaines (voire des milliers, les bilans divergent) de civils, un massacre considéré par Amnesty International comme le plus important commis par les insurgés depuis six ans et qui avait soulevé une réprobation internationale. L'armée nigériane l'a reconquise le 21 février. Le président Goodluck Jonathan s'est rendu sur place cinq jours plus tard.



AFP
Jeudi 5 Mars 2015

Lu 426 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs