Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Blocage sur la désignation du gouvernement tunisien

A la recherche d’un compromis




Blocage sur la désignation du gouvernement tunisien
La désignation d’un gouvernement de transition en Tunisie achoppe sur le choix du ministre de l’Intérieur, a annoncé le nouveau Premier ministre tunisien, dimanche.
Le chef du gouvernement, Mehdi Djoma, a été désigné en décembre après l’acceptation du parti islamiste Ennahda au pouvoir de démissionner en raison des manifestations de rue contre les autorités issues du «Printemps arabe».
Mehdi Djoma avait envisagé de présenter son gouvernement devant le chef de l’Etat tunisien samedi mais lors d’une conférence de presse organisée juste avant minuit, le chef du gouvernement a indiqué «qu’il n’y avait pas de compromis possible et qu’il ne pouvait pas établir la composition de son gouvernement.
«J’ai informé le président que je n’avais pas une liste pour mon gouvernement», a-t-il dit. «Cela n’est pas une question de personne, mais je ne suis pas parvenu à un véritable consensus dans la composition du gouvernement. Il ne devrait pas y avoir de division», a-t-il ajouté.
Djoma a précisé que le chef de l’Etat pouvait lui confier un nouveau mandat afin de constituer un gouvernement et proposer de nouveaux candidats aux différents portefeuilles.
Les dirigeants de l’opposition, indiquent des sources partisanes, soutiennent la désignation d’un nouveau ministre de l’Intérieur mais Djoma est favorable au maintien dans ses fonctions de l’actuel ministre afin de garantir la stabilité.
L’annonce de M. Jomaâ intervient à la veille du vote d’adoption de la future Constitution, en cours d’élaboration depuis plus de deux ans.
Les élus devaient revenir dimanche matin devant l’assemblée constituante (ANC) pour le vote d’adoption de la loi fondamentale, en cours d’élaboration depuis plus de deux ans.
Ils l’ont déjà approuvée article par article du 3 au 23 janvier, si bien qu’elle devrait obtenir l’assentiment de la majorité requise des deux tiers des 217 députés. 
En cas d’échec, une seconde lecture sera nécessaire. Si elle échoue aussi, un référendum devrait avoir lieu.

Lundi 27 Janvier 2014

Lu 472 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs