Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bloc-notes hebdo de Mohamed Bakrim




La femme d'Ijoukak : "Ce roman est le préféré de mes livres", avoue Christine Daure-Serfaty. Nous la rejoignons pour souligner d'emblée que c'est un joli roman effectivement qu'elle nous offre ici. Un récit de mémoire et de souvenirs à l'image de l'époque qui l'a vu naître. Le roman vient d'être réédité chez Tarik éditions en 2008; il remonte en fait à 1997 pour sa sortie parisienne; une année charnière dans une décennie décisive du Maroc moderne. Un Maroc que Christine Daure a porté dans son cœur comme dans son esprit de militante des droits de l'Homme. Ce Maroc des années soixante qu'elle découvre en tant qu'enseignante avant d'épouser sa cause en s'engageant auprès des militants motivés d'utopie. La femme d'Ijoukak est une histoire d'amour; amour de cette région montagneuse au cœur du Haut Atlas entre Amizmiz et Ijouka à l'ombre du col de Tizi n'test, le plus haut d'Afrique, nous apprend-on dans les livres de géographie. Mais amour aussi déclaré, tu, avorté entre des êtres emportés dans les tumultes d'une histoire qui a mis en scène des acteurs aux appartenances multiples. Tout commence par une rencontre en France entre la narratrice, Mathilde et un Monsieur d'un certain âge. Une rencontre brève mais chargée d'émotion et de signes énigmatiques; signes et indices  qui vont déclencher un retour en arrière. Un long flash-back vers ce Maroc des temps des Français, dans cette belle région de Tizi n'test. Retour sur l'enfance, sur les origines traversées de doutes et d'interrogations. Le récit est bien ancré dans cet espace chargé d'histoires non écrites, où la narration orale tient lieu de catharsis. Mathilde va être confrontée à cette part de vérité,  traditionnellement confinée dans la boîte noire de la mémoire collective des sociétés et des familles. Mais elle persiste à restituer les détails de l'histoire. C'est Icare et son voyage vers le soleil…elle tient à compléter son histoire: "Car on raconte aussi pour ne pas mourir ou parce qu’on est déjà mort; on raconte pour guérir", écrivait  le critique de cinéma, Serge Daney.
Cette référence cinéphilique n'est pas fortuite; le livre de Daure-Serfaty me semble être porté par une écriture cinématographique non seulement dans sa structuration narrative où chaque acteur prend en charge une part du récit; il n'y a pratiquement pas de figuration; chacun a sa part de "responsabilité narrative" dans la restitution de ce puzzle, mais aussi dans son rapport au temps avec des allers-retours entre le temps de la narration et le temps de l'histoire; cinématographique surtout dans son rapport à l'espace.
Le roman est à ce niveau très visuel, quasiment tactile. On imagine aisément un plan large à partir de Targa, la maison de Mathilde dans la banlieue de Marrakech embrassant le Haut Atlas seigneurial. Pour ceux notamment qui connaissent la région, c'est une plongée aux sensations multiples dans un décor ouvert sur tous les possibles narratifs. Jeune, je traversais le col de Tizi n'test avec ma famille au rythme de récits fantastiques où il était question d'une folle qui hantait les lieux. A l'aube on prenait un petit déjeuner frugal, café et askif (soupe amazighe) chez Touda à Ijoukak.  Cet univers perdu à jamais est restitué par l'écriture fluide, poétique, limpide de Christine-Daure Serfaty. Demain, un projet d'adaptation pour le cinéma? Ce serait magnifique.
Derby : D'un derby l'autre. Les amateurs du football ont vécu un week-end de rêve à l'occasion de deux rencontres du championnat au Maroc et en Espagne. A Madrid, le mythique stade Bernabéou a accueilli un classico historique qui a vu le Barça corriger le Réal par un score relevant pratiquement d'une rencontre de handball, six buts à deux. Au-delà du score lui-même, c'est la prestation du club catalan qui a fait merveille. La rencontre entre les deux équipes est une immense entreprise symbolique où le football catalyse toute une histoire où le sportif est irrigué de culturel et de politique. C'est une confrontation qui condense les passions de toute une saison. Et à chaque saison son histoire. Cette fois, c'est le Barça qui brilla de mille manières. Au sein de cette équipe de rêve, il y a une pléiade de talents et de joueurs de qualité. On cite rapidement Messi, véritable prodige, Henry, Inieste, Eto'o, Puyol…mais pour moi le meilleur, le plus grand fut et reste Xavi Hernandez, le roi du numéro six, le seigneur du milieu de terrain. La plaque maîtresse du dispositif catalan. C'est à partir de lui que toutes les opérations sont menées; infatigable dans la reprise, il est incontournable dans la relance. Elégant, discret, efficace…il est le moteur d'une belle machine.
L'autre derby, qui a vu le Raja recevoir le Wac, fut un ratage total, notamment sur le plan tactique et de la qualité du jeu. Le public généreux et passionné était là. Mais, les joueurs étaient écrasés par la pression médiatique délirante qui a précédé le match. L'enjeu a tué le jeu au bénéfice du Wac car le Raja ne sait pas évoluer dans un tel contexte. Le match a prouvé cependant une vérité essentielle, le Wac a un grand entraîneur: Zaki.
L'adieu au prolétariat: Le premier mai ne passionne plus. Ce long week-end printanier a vu les rangs des défilés ouvriers se dégarnir au bénéfice des sorties familiales, vers les forêts et autres sites touristiques. On n'y croit plus…Seule la TVM continue à nous servir un jt surréaliste d'une durée record pour passer en revue les  différentes manifestations, y compris celles où le nombre de chefs dépasse celui des troupes…ridicule! Ce n'est pas un service que l'on rend à cette journée mémorable; ce n'est pas de l'information que de banaliser le sujet en le noyant dans un flux d'images…


Mohamed Bakrim
Mardi 5 Mai 2009

Lu 219 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs