Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bloc-notes de Mohammed Bakrim : RNI : le triste spectacle de la politique




Nos deux chaînes publiques sont décidément  incorrigibles; à une programmation globalement en panne d'imagination, aux choix éditoriaux illisibles, on ajoute une passion déclarée pour les feuilletons insipides et inodores comme celui qui nous est servi depuis quelques jours sur le mauvais drame qui se joue au RNI. Les épisodes passent et se ressemblent avec un casting récurrent. Ce sont en effet les mêmes images et les mêmes visages qui remplissent à coup de zoom le petit écran du spectateur revenu par hasard de ses pérégrinations cathodiques pour avoir une idée de ce qui se passe au pays par le biais de ses télés officielles. Très vite une douche froide vient atténuer cette soif d'information : quelle est en effet l'utilité de présenter à une heure de grande audience ce remake médiocre  d'un western ; un règlement de compte à Ok Corral moins la classe de la mise de John Sturges. Qui est ici le vrai metteur en scène de ce film de série B ? Aucune de nos chaînes n'a jugé utile de creuser le sujet, de nous aider à décrypter les enjeux de ce combat acharné; se plaisant dans un jeu stérile de champ contre champ, elles essaient  de prouver leur impartialité alors que tout le monde sait qu'il y a anguille sous roche. Quand il y a une crise de pouvoir au sein d'une institution, le rôle des médias n'est pas de donner un partage de temps comme lors d'une consultation électorale, il faut bien mener une investigation pour offrir aux récepteurs le maximum de données pour l'aider à se faire sa propre opinion. Il n’en est rien. On se contente de nous servir des images qui se ressemblent d'un sujet à l’autre et un discours charriant de la langue de bois… Il faut être doté d'un décodeur hyper-sensible pour parvenir à décrypter les messages que s'envoient les uns et les autres au dessus de nos têtes… Le seul message lisible qui reste pour le spectateur lambda c'est une nouvelle dose de dégoût de la politique dans ce pays. Une manière d’encourager les gens à ne plus s'intéresser à la chose publique. Est-ce que ces gens du RNI ne peuvent pas régler ces questions comme il se fait chez les gens de bons goûts ? Ils sont pourtant l’émanation d'un mouvement qui se veut porteur de valeurs libérales prônant les thèses du marché…Or l'une des lois du marché est la libre circulation des marchandises. De part et d'autre de ce conflit absurde, il y a des hommes et des femmes cultivés et intelligents…dont certains occupent des responsabilités publiques délicates avec le contexte de crise internationale que traverse notre pays, n'est-il pas alors plus judicieux de réserver leur temps, leur talent, leur énergie à assumer ces charges dont ils seront comptables demain ?  Messieurs, vous rendez un mauvais service à la démocratie. A l'image de l'action publique…

Le bonheur est
dans le foot…

Semaine extraordinaire avec le football qui nous a servi un spectacle multiforme où le plaisir du spectacle a voyagé à travers les stades et les continents. Tout a commencé avec ce formidable Difaa El Jadida et le WAC. Match plein, avec des équipes bien organisées, des joueurs motivés, un public extraordinaire… C'était la preuve que dans ce pays, on peut réussir quelque chose. Merci Zaki, merci Sellami…vous nous avez donné de vrais moments de bonheur et surtout vous êtes la preuve que le Maroc a des compétences, a des personnalités qui ont une vision, une approche professionnelle de leur métier. Le plaisir s'est prolongé avec la CAN  qui nous a offert des prestations inédites, des buts splendides et puis l'apothéose avec la Liga et cette soirée de samedi qui a vu un duel de titans entre le réal et les Basques de Bilbao et puis la démonstration de force du FC Barcelone infligeant un merveilleux 3-0 à l'équipe de Séville. Messi a marqué deux buts réalisant ainsi un chiffre historique…mais c'est le jeu des Catalans qui séduit au-delà du résultat ; le premier but de Messi est issu d'un formidable mouvement d'ensemble. Et puis il y a cette passe lumineuse de Xavi qui reste pour moi le meilleur jouer du monde : quel sens du jeu ; quel maîtrise de l'aire du jeu ; quelle présence d'esprit…Il n’y a pas d'adectifs pour décrire ce bonheur !!!!!!!!

Eloge de la métamorphose

Le changement est-il encore à l'ordre du jour ? A-t-il surtout encore du sens ? Il faut lire la dernière contribution d'Edgar Morin sur l'idée de la métamorphose qu'il propose comme nouveau paradigme de l’utopie. Le penseur de la complexité propose une approche originale de la question du désir de changement qui anime la condition humaine. Certes, ce désir semble aujourd'hui obnubilé par la domination d'une forme de pensée de résignation face au triomphe absolu du marché. Edgar Morin montre que ce n est qu'un cycle et que le fondement demeure  la volonté de changement qui a toujours caractérisé l’humanité. Ce changement, il l’appelle  «métamorphose» : l’idée de métamorphose est plus riche que l’idée de révolution car elle en garde la radicalité transformatrice mais la lie à la conservation… Les raisons d'espoir ? «Il existe, dit-il, sur tous les continents un brouillement créatif ». Par les temps qui courent, c'est stimulant et tonique.


L
Lundi 18 Janvier 2010

Lu 282 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs