Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Blanchiment au Barça




L'ex-président du FC Barcelone Sandro Rosell a été interpellé mardi en Espagne, soupçonné d'avoir participé au blanchiment de 15 millions d'euros de droits audiovisuels de la sélection brésilienne de football qui impliquerait également le Brésilien Ricardo Teixeira.
L'opération, menée principalement en Catalogne dans le nord-est de l'Espagne, a conduit à l'interpellation de cinq personnes "dont l'ex-président du Barça, Sandro Rosell, et sa femme", a précisé à l'AFP un porte-parole de la police.
"L'enquête porte sur le délit de blanchiment de capitaux, à travers l'encaissement de commissions illégales pour les droits audiovisuels de la sélection brésilienne de football", a annoncé la Guardia civil dans un communiqué.
Auparavant, un porte-parole de la police avait indiqué que l'argent provenait des droits à l'image de la "canarinha".
Sandro Rosell, Barcelonais de 53 ans, est un entrepreneur spécialiste du marketing sportif qui a présidé le FC Barcelone de 2010 à 2014, jusqu'à sa démission après sa mise en examen dans l'enquête sur le transfert trouble du Brésilien Neymar au Barça à l'été 2013.
Il avait par ailleurs dirigé la branche brésilienne de l'équipementier américain Nike.
Quant au Brésilien Ricardo Teixeira - qui ne quitte plus son pays natal - il a été le puissant patron de la Fédération brésilienne de football (CBF) pendant 23 ans, jusqu'à sa démission en 2012 sur fond d'accusations de corruption.
Selon une source proche de l'enquête, MM. Rosell y Teixeira sont soupçonnés d'avoir détourné près de 15 millions d'euros (16,85 millions de dollars) des contrats de droits télévisés de la sélection brésilienne. Tous deux se seraient répartis la majeure partie des commissions.
L'argent aurait été sorti du Brésil, vers un compte d'une société qatarie en Suisse avant de rejoindre un autre compte d'une société de Sandro Rosell dans la principauté d'Andorre, petit pays enclavé entre Espagne et France, longtemps considéré comme un paradis fiscal.
M. Teixeira est déjà poursuivi pour corruption par la justice américaine. Lui et son ancien beau-père Joao Havelange, dirigeant de la Fédération internationale de football association (FIFA) pendant 24 ans, figurent parmi les protagonistes d'une affaire de pots-de-vin versés par l'entreprise de marketing ISL aux responsables de la FIFA pour obtenir des droits de diffusion télévisée.

Jeudi 25 Mai 2017

Lu 522 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs