Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bio des stars : Michael Jackson, la légende




Début de carrière solo
Parallèlement à sa carrière avec les Jackson Five, Michael Jackson fait paraître quatre albums solo. Got to Be There paraît en janvier 1972 sous le label Motown, alors que Michael a à peine 13 ans. La même année, il acquiert, avec Ben, une plus grande maturité vocale, notamment dans les nombreuses ballades de cet album. La chanson-titre homonyme devient son premier no 1 solo en 1972 puis, comme elle est tirée du film du même nom, lui vaut un Golden Globe et une nomination aux Oscars. Music and Me comme Forever, Michael, respectivement sortis en 1973 et 1975, ne rencontrent pas le même succès que les deux précédents albums.
Signatures chez Epic et scission de Jermaine
Après Dancing Machine, les Jackson Five se sentent de plus en plus frustrés par le label Motown et se plaignent de ne pouvoir choisir ni leurs morceaux ni leurs instruments. Leur père, longtemps manager du groupe, se plaint également d'avoir perdu son influence au profit de Berry Gordy, président de la Motown. Les membres du groupe estiment par ailleurs que les royalties perçues ne sont pas assez importantes au regard de leur succès. Ils finissent par annoncer, en juillet 1975, qu'ils quitteront la Motown à la fin de leur contrat, l'année suivante. Dans le même temps, ils signent un nouveau contrat avec Epic Records, label fondé par CBS Records, qui deviendra plus tard une filiale de Sony Music.
Cette séparation ne va pas sans douleur. La Motown, estimant qu'ils ont rompu leur contrat en signant avec Epic avant la fin de leur précédent engagement, leur intente un procès, au terme duquel elle conserve ses droits sur le nom Jackson Five et le groupe prend celui de «The Jacksons». Elle se voit également reconnu le droit d'utiliser les chansons des Jackson Five dans de futures compilations. L'épisode conduit au départ d'un des membres du groupe : Jermaine, qui a épousé la fille de Berry Gordy, entame une carrière solo chez Motown. Il est remplacé par le benjamin, Randy, déjà présent occasionnellement dans le groupe en tant que percussionniste. De son côté, Michael met fin au contrat qui le liait à Motown en tant qu'artiste solo, et signe lui aussi chez Epic. Mais ce n'est que quatre ans plus tard qu'il enregistrera son album solo suivant.
Off the Wall (1976–1981)
Il faut attendre 1978 et l'album Destiny pour prendre la mesure du talent des frères Jackson et plus particulièrement de Michael. Cet album, entièrement produit et écrit par eux, donne deux hits : Blame It on the Boogie et Shake Your Body (Down To the Ground). L'album suivant, Triumph, sorti en 1980, contient notamment les hits Lovely One et Can You Feel It, qui a fait l'objet d'un vidéoclip éblouissant, imaginé par Michael lui-même. Michael éclipse désormais le groupe en chantant ses propres compositions. Un album live paraît en 1981, regroupant des chansons des Jackson Five et de The Jacksons. En 1978, une chute sur scène lui aurait cassé le nez et l'aurait obligé à subir une première rhinoplastie, qui n'est pas totalement réussie et qui est corrigée par une seconde. Ce sont les deux seules rhinoplasties qu'il reconnaît avoir subies. Beaucoup de rumeurs circulent sur les modifications qu'il aurait apportées à son visage et sur leur nombre : même si certaines sont farfelues, d'autres sont indéniables et poussent les chirurgiens esthétiques à citer Michael Jackson comme exemple à ne pas suivre.
En 1979, Michael Jackson sort Off the Wall, coproduit avec Quincy Jones, qu'il a rencontré sur le tournage de la comédie musicale The Wiz, près de deux ans plus tôt. Certaines chansons ont été composées par Rod Temperton, Stevie Wonder et Paul McCartney. L'album est vendu à plus de vingt millions d'exemplaires dans le monde. Plusieurs singles qui en sont extraits se hissent en tête des charts. Rock with You devient numéro 1 au Billboard Hot 100 et y reste quatre semaines; de même Don't Stop 'Til You Get Enough (une seule semaine).
La ballade She's Out of My Life intègre le Top 10 du Billboard Hot 100, tout comme la chanson Off the Wall. L'album mêle habilement funk, soul et disco. Malgré cet impressionnant succès, l'artiste n'est nommé, aux Grammy Awards de 1980, que dans la catégorie meilleur chanteur R&B pour Don't Stop 'til You Get Enough. Accompagné de ses frères, il fera alors la promotion de son album pendant le Triumph Tour, en y interprétant les plus grands succès du disque. Déçu de ne pas avoir été nommé dans la catégorie album de l'année, il jure que son prochain album ne sera pas ainsi ignoré.
(A suivre)

 

Libé
Mardi 19 Juillet 2016

Lu 652 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs