Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bilan positif du CRI de la région Doukkala-Abda : Essor d’un pôle économique aux portes de Casablanca




Bilan positif du CRI de la région Doukkala-Abda : Essor d’un pôle économique aux portes de Casablanca
A l’heure où l’on dresse le bilan d’une crise qui a bouleversé l’économie nationale suite à la crise mondiale, la région de Doukkala-Abda connaît actuellement une évolution économique importante. Une position géographique stratégique, entre interfaces maritimes et terres agricoles, la région se dynamise au rythme des grands chantiers de modernisation et de ses infrastructures.
La région s’est insérée dans de nombreux programmes gouvernementaux comme «le Plan Az», «le Plan Biladi», «le Plan Emergence», «le Programme des autoroutes», «le Plan Maroc Vert», «le Maroc numérique 2013», «Vision énergétique 2020», «le Plan Halieutis», «Artisanat 2015», « Rawaj», «Mousanada», etc. qui feront d’elle un territoire compétitif, attractif et de dimension internationale.
Le dernier bilan du CRI liste 85 projets instruits durant l’année 2010 pour un montant de 22917,37 MDH. Ces projets, qui à leur terme vont engendrer la création d’environ 3173 postes d’emploi, vont transformer la région de Doukkala-Abda en une plateforme industrielle importante pour l’économie marocaine et vont la hisser aux rangs des destinations touristiques les plus en vogue.
Alors que le secteur de l’industrie accapare 34% des projets d’investissement et draine la moitié des capitaux investis, les entreprises d’agroalimentaire sont au nombre de 11 sur 13 du secteur. Avec 26% des projets ayant reçu un avis favorable, le secteur des services divers emboîte le pas suivi par les secteurs du BTP et du tourisme avec 15% chacun.
Le guichet d’aide à la création d’entreprises enregistre d’ores et déjà la création de 1217 entreprises dans la région en 2010. Les SARL représentent 52% de celles-ci et les entreprises individuelles 47%. On prévoit un bénéfice de 10 704,903 millions de DH par la création de ces nouvelles entreprises ainsi que la  création de 5857 postes d’emploi dans la région.
Si les nouvelles entreprises ont fleuri, les grandes enseignes nationales et internationales ne sont pas en reste. Attirée par les ressources incontestables de cette région, l’entreprise sud-coréenne Daewoo Engineering Construction Co s’est engagée à investir 13 milliards de DH pour le compte de la centrale thermique JLEC à Jorf Lasfar qui vise l’adjonction de deux nouvelles unités de production électrique. Un projet qui, à moyen terme, devrait générer 4.000 emplois. Une société turque, Tekfen, entreprend également la réalisation de deux usines de fertilisants à Jorf Lasfar sur la base d’un contrat de 170 millions de dollars et pouvant générer jusqu’à 2.000 emplois.
Le parc industriel de Jorf Lasfar, premier du genre au Maroc, s’étend déjà sur une superficie de 260 ha. Destiné aux industries de première catégorie comme la métallurgie ou la chimie-parachimie, il abritera également des services supports à l’industrie comme les bureaux d’études ou des centres d’affaires.
On prévoit le développement d’un pôle urbain au  niveau de la ville d’El Jadida ainsi que la réhabilitation de l’ancienne médina d’Azemmour. Pour plus d’attractivité touristique aux alentours de Safi et d’El Jadida, les deux ports de ces villes seront reconvertis en port de plaisance et de tourisme de croisière et les infrastructures seront évidemment remises à niveau au cours de 2010.
Le projet d’implantation d’une unité de traitement de gypse à Sidi Tiji, dans la province de Safi, sera consolidé par un investissement de 50 millions de DH générant quelque 50 postes. En ce qui concerne l’habitat, le projet de construction de logements sociaux à Bir Jdid pour un prix unitaire de 250.000 DH a été lancé par la société Pro Habita et l’aménagement du lotissement «Hay El Mohammadi» a bénéficié d’un investissement de 180 millions de DH par Al Omrane.
Pour contribuer à l’expansion du tourisme, le groupe Accor entreprend la construction du premier Etap hôtel à l’entrée de la ville d’El Jadida pour la somme de 40 millions de DH.
L’entreprise et le bon fonctionnement de tous ces projets nécessitent une offre énergétique importante au niveau de la région, c’est pourquoi un projet de la centrale thermique de production et de l’énergie électrique à base de charbon blanc a été initié. Desservie par le nouveau port minéralier de la région, cette mégastructure deviendra une véritable plateforme pour l’export.
A tout cela s’ajoute la mise en œuvre du Plan agricole régional (PAR) visant le développement de 96 projets pouvant générer, entre 2009  et 2020,  jusqu’à 10,5 milliards de DH qui seront réutilisés en tant qu’investissements.
Dans une optique culturelle, le futur parc d’exposition multifonction d‘El Jadida s’implantera dans la région. Suite à un investissement de 390 millions de DH, le parc abritera, entre autres, le Salon du cheval de la ville. Un projet prévu sur 24 mois et sur une surface de plus de 46 ha.
Un tel pôle ne peut fonctionner sans infrastructures de qualité, des études pour la réalisation de la nouvelle autoroute reliant El Jadida à Safi ont donc été lancées et les travaux débuteront fin 2011 pour s’achever vers 2015.
Le programme de dynamisation de la région de Doukkala-Abda a vu le jour en 2006 et le nombre de projets lancés depuis sa mise en place s’élève aujourd’hui à 119.
 Au-delà de la dimension économique et stratégique, la modernisation de ces réseaux permet une belle avancée en matière d’accès à des postes de responsabilité pour les femmes puisque le CRI, l’Agence nationale pour la promotion de la petite et moyenne entreprise (ANPME) et l’Agence allemande de coopération technique (GTZ) ont mis en place un programme d’accompagnement destiné aux femmes chefs d’entreprise baptisé «Entre elles en régions». Les bénéficiaires de ce programme ont pu suivre un cycle de formation groupé et structuré avec des séances de coaching individuel d’ordre managérial et commercial. Les jeunes ne sont pas en reste en bénéficiant d’un accompagnement personnalisé afin d’encadrer des projets d’activités génératrices de revenu. 39 jeunes diplômés porteurs de 8 projets pilotes bénéficient actuellement de cet encadrement et de nombreux candidats aspirent à intégrer le programme.
A noter que les données révélées par le CRI ne présentent pas l’étendue réelle de la dynamique puisque les créateurs d’entreprise et les porteurs de projet d’investissement n’ont pas l’obligation de passer devant la commission du CRI.
Le bilan dresse des perspectives très prometteuses pour la région de Doukkala-Abda mais également pour l’ensemble du Royaume qui n’a pas fini de surprendre et qui redonne espoir pour les années à venir.

Mae Ait Bayahya
Jeudi 3 Février 2011

Lu 844 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs