Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bilan en dents de scie de l’exploration pétrolière au Maroc

Galp Energia et Tangiers Petroleum font chou blanc




Bilan en dents de scie de l’exploration pétrolière au Maroc
Y a-t-il du pétrole au Maroc ?   Il n’y a pas très longtemps, de nombreux analystes et observateurs avaient estimé que le doublement du nombre de forages (10 nouveaux puits) durant la période 2013-14 par rapport aux 10 dernières années, pourrait permettre au Maroc d’enregistrer une hausse significative de sa production de pétrole et de gaz à moyen terme, et ainsi réduire ses importations énergétiques et redresser une balance commerciale de plus en plus déficitaire (OBG).
Se basant sur la ruée de plusieurs groupes pétroliers internationaux, notamment Chevron, Total et Galp, mais aussi des sociétés indépendantes, notamment Genel Energy, Cairn Energy et Kosmos Energy, qui ont renforcé leurs opérations offshore, d’aucuns avaient prédit que le Maroc pourrait certainement devenir un pays pétrolier.
Pourtant, le lancement de l’actuelle campagne de forages sur de nombreux sites a été plus décevant que satisfaisant. 
Alors qu’on entend parfois parler de résultats satisfaisants sans pour autant qu’il y ait de véritables découvertes, on annonce la fermeture de plusieurs puits sans résultats probants.
 L’effet positif de l’annonce faite, il  y a quelques jours par Gulfsands Petroleum, de la découverte d’un potentiel gazier satisfaisant sur le permis Lalla Yettou dans le Gharb, s’est vite estompé.
Sans attendre, Galp Energia et Tangiers Petroleum ont annoncé avoir fait chou blanc sur leurs puits. Les deux compagnies d’exploration pétrolière viennent de boucher un puits dont le forage n’a pas donné satisfaction. Il s’agit de TAO-1, situé dans les permis Tarfaya Offshore. 
 Rappelons que cette opération dont le coût est estimé à plus de 73 millions de dollars, a débuté le 13 juin 2014 et a atteint la profondeur finale de 3.518 m le 30 juillet. Elle s’est faite à travers une levée de fonds sur les places financières, notamment grâce aux prévisions optimistes avancées par les partenaires de l’ONHYM. 
«Le potentiel du puits TAO-1 est estimé à 190 millions de barils de pétrole. Ce potentiel peut atteindre jusqu’à 758 millions de barils», avait déclaré le 3 juin dernier, dix jours avant le début des travaux de forage, Tangiers Petroleum. 
Une annonce qui avait boosté l’action de cette firme à l’époque. Toutefois, le résultat décevant du forage n’a pas tardé à impacter son action ; laquelle a chuté de plus de 63% le lundi 4 août. 
Suspendue de la cotation, elle a repris le lendemain en poursuivant sa chute pour frôler les -70%. Une catastrophe pour la compagnie australienne dont les actions ont été échangées en masse. «Nous sommes déçus du résultat rencontré au niveau du puits TAO-1 et nous tenons à remercier les actionnaires qui nous ont fait confiance et nous ont soutenus en ces périodes difficiles », a déclaré son PDG dans un communiqué laconique. 
Sa descente aux abysses pourrait décourager les autres compagnies internationales qui avaient l’œil sur le Maroc.

Mohammed Taleb
Vendredi 8 Août 2014

Lu 7873 fois


1.Posté par salam le 07/08/2014 15:20 (depuis mobile)
Est ce que cet chanson du petrole au maroc ne va pas terminer , jusqu a quand vous riez sur les marocains au telle point que vous avez forrez tout le maroc sans que vous n avez extrait aucun goute , chaque fois que pretendiez trouver de petrol au lendemain vous augmenter le prix de carburant sans aucun honte

2.Posté par Kamel Saada le 08/08/2014 15:03
Il est probable que l'absence de résultats soient due à plusieurs facteurs :
- une précipitation des acteurs concernés;
- une absence d'étude globale des avants pays des chaînes de montagnes des différents Atlas;
- la place de cet avant pays dans la géologie de la méditerranée et de la collision afrique-europe (et même la place particulière);
-l'articulation avec le rift médio-atlantique et l'ouverture medio-crétacé et la serpentinisation des roches mantelliques;
-la propension des pétroliers à voir des diapirs là où se trouvent des systèmes de chevauchements sur lesquels il faut appliquer la technique des coupes équilibrées.

3.Posté par abdi le 14/08/2014 18:40
qui cherche trouve,

4.Posté par sakki le 18/08/2014 23:51
bonsoir
bon sang , il n'y pas que le pétrole et le Gaz , qui rendent les sociétés riches !!
admirez et tirez vos chapeaux à la Corée du sud et à la Chine et d'autres pays comme ces 2 derniers
admirez et tirer nos chapeaux bas à tous les pays Nordique de l'Europe!
admirez et inclinez nous devant les pays Européens , qui galopent à la vitesse grand V , vers les jours meilleurs , et qui ne possèdent ni gaz ni pétrole; que de la matière grise et la droiture, et de l'intelligence dans leur travail
prenez de la graine
bonne soirée

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs