Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bernard Delemotte : L’inscription de la déchéance de la nationalité dans la Constitution française est une erreur




En marge du
séminaire organisé récemment à Amiens par les Deux Rives, Association
franco-marocaine de Picardie, sous
le thème :  «Double nationalité et citoyenneté active», Bernard Delemote, président de
Migration et Droit
à la Cité a accordé
à Libé l’entretien suivant
.

Libé : Le projet de changement de la Constitution  pour inscrire la déchéance de la nationalité divise la société française. Comment expliquez-vous ce fait  politique ?   
Bernard Delemotte : Le débat en France  sur la déchéance de la nationalité a abouti à cette  situation : on  ne voulait pas, on ne veut pas  qu’il y ait des apatrides, des gens qui n’ont pas d’autre nationalité. Si on les déchoit de cette nationalité, que  deviendraient-ils ? Je ne sais pas. En pratique, cela ne peut concerner que quelqu’un qui  a deux ou trois nationalités.  Le projet de l’inscrire dans la Constitution est donc une erreur. C’est une idée de l’extrême droite,  qui vise effectivement les populations immigrées, celles qui ont une double nationalité.

Mais si on cible la population d’origine étrangère, on touche le principe de l’égalité.
En effet. On avance qu’il y a plusieurs catégories de Français : des Français de souche et des Français qui, ayant d’autres nationalités, ne sont pas tout à fait français, c’est extrêmement grave. On touche à l’identité des gens. On est encore dans un discours un peu postcolonial. L’immigré et sa descendance ne sont  pas des citoyens comme les autres mais  toujours des sous-citoyens. Je crois que les gens de gauche l’ont compris et ils ont protesté contre ce projet d‘inscrire dans la Constitution la déchéance de la nationalité. Personnellement, je ne pense pas qu’il soit inscrit. C’est une erreur à mon avis.

C’est la gauche française qui a cherché à inscrire la déchéance dans la Constitution  et non la droite. N’est-ce pas  incompréhensible ?
Il y avait un débat important au sein de la gauche française sur la question de la déchéance de la nationalité. Presque  la majorité du Parti socialiste est  contre cette inscription.

Cette situation est-elle liée au changement dans la société française ?
C’est lié un peu à la tendance de droitisation, au poids du Front national. Les médias aussi en France stigmatisent tout ce qui est étranger. Il n’y a pas qu’en France, en Europe également. En France, il y a une tendance forte vers une  droitisation des idées.
Mais on ne comprend pas que cela puisse arriver en France, qui n’a reçu pourtant que 5000 réfugiés syriens quand l’Allemagne en a reçu plus d’un million.  Que se passe-t-il ?
C’est vrai mais sur cette question je suis désolé. Angela Merkel est plus à gauche que François Hollande.

Propos recueillis par Youssef Lahlali
Mardi 29 Mars 2016

Lu 1609 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs