Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Berlin muselle les toutous




L'obligation depuis le 1er janvier pour les bichons, chihuahuas, carlins et autres petits chiens de porter une muselière dans les transports en commun berlinois déchaîne les passions.
Si le port obligatoire de la muselière pour les chiens de grande taille, et surtout les molossoïdes, était relativement bien accepté, sa généralisation aux compagnons en format de poche soulève un tollé chez les amis des bêtes.
Depuis le début de l'année, toute personne n'ayant pas passé une muselière à son chien, aussi petit soit-il, peut se faire chasser sur l'heure du métro, bus ou train régional dans lequel elle avait pris place.
L'affaire alimente quotidiennement la presse locale et même nationale.
Mesure "idiote et absurde", décision "arbitraire" et "sans aucune motivation recevable": dans les colonnes du quotidien S ddeutsche Zeitung, le représentant de la fédération canine du Berlin-Brandebourg, Herbert Simiot ne trouve pas de mots assez durs pour décrire l'entrée en vigueur du nouveau règlement.
Sur le site internet wunsch-hund.de (littéralement "chien désiré", comme on parle d'un enfant désiré), on craint que l'exemple des transports en commun de la capitale allemande et de l'Etat régional qui l'entoure, crée un "triste précédent". Pourtant, les responsables de grandes villes comme Hambourg ou Munich ont avoué leur "étonnement" devant cette mesure unique en Allemagne et écarté toute velléité de l'imiter.
Du côté de la VBB, l'autorité gestionnaire des transports en commun dans la région, on ne défend d'ailleurs que du bout des lèvres cette mesure, évoquant "la sécurité des passagers".
Même la boule de poils la plus inoffensive peut mordre, a argumenté une porte-parole, dans le quotidien berlinois Tagesspiegel, tout en reconnaissant par ailleurs qu'aucune plainte n'a été enregistrée récemment au sujet de petits chiens irascibles.
Dans les commentaires des internautes, sous les articles consacrés à la mesure sur le site du Tagesspiegel, la bataille fait rage, parfois à coup d'invectives, entre les pro et les anti-muselière. Le sondage lancé par le site donnait dimanche un avantage sensible aux anti, de l'ordre de 55% à 45%.
On trouve pourtant çà et là quelques voix pour défendre cette disposition, comme le porte-parole de la société de protection des animaux de Berlin, Marcel Gõding, qui trouve "judicieuse" cette généralisation, les petits chiens n'étant pas moins prompts à la morsure que les races plus grandes, selon lui.
De même, un vétérinaire, cité dans le Tagesspiegel estime que "les maîtres sous-estiment souvent leur animal".
"Ils disent +il est totalement inoffensif+, mais quand on les ausculte dans nos cabinets, ce sont souvent de vraies petites teignes", assure-t-il.
Toutefois, la VBB ne semble pas vouloir envenimer les choses et appelle ses contrôleurs et chauffeurs de bus à faire preuve de "jugement" dans leur décision. Les maîtres auront également, comme autre solution, la possibilité de transporter leurs compagnons dans un sac ou une cage adaptée. Seule solution pour les carlins et autres chiens au museau aplati... puisque les muselières adaptées n'existent pas! 

AFP
Mardi 5 Janvier 2010

Lu 223 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs