Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Benoît Hamoun : Partenariat d’exception entre la France et le Maroc




Benoît Hamoun : Partenariat d’exception entre la France et le Maroc
La mini-crise diplomatique entre le Maroc et la France semble s’estomper. Invité avant-hier par l’Ecole de la gouvernance et de l’économie à Rabat, le ministre socialiste de l’Economie sociale et solidaire, Benoît Hamoun qui était en visite officielle au Maroc de deux jours, a exprimé son souhait de voir les relations entre les deux pays redevenir « pleines et sereines ». 
« Le partenariat que nous avons avec le Maroc est un partenariat d’exception et il date de nombreuses années », a-t-il expliqué dans un échange avec des journalistes en présence de ses collaborateurs et notamment de l’ambassadeur de France à Rabat, Charles Fries. Et le ministre d’ajouter : « C’est une coopération d’exception parce qu’on ne la trouve pas dans les autres pays. On a des relations diplomatiques et économiques  plus fortes et on voit rarement autant d’imbrications et d’interpénétrations entre deux pays. Donc, ce partenariat est un acquis qui demande beaucoup de soins. 
C’est la raison pour laquelle le ministre des Affaires étrangères (Laurent Fabius) avait  reconnu l’existence de dysfonctionnements du côté français dans l’affaire concernant monsieur Hamouchi ». Avant cet échange, le ministre français s’est exprimé devant les étudiants de l’école, en parlant de l’expérience française dans le domaine de l’économie sociale et solidaire et comment renforcer la coopération avec le Maroc dans le  domaine de l’économie dont l’expérience et la crise ont montré la vitalité et l’importance.
Dans ce sens, il a expliqué que les entreprises d’économie sociale et solidaire ont résisté à la crise plus que les entreprises de type classique. Pour lui, cela n’est pas dû à l’intelligence de leurs patrons, mais essentiellement au modèle entrepreneurial de ces sociétés. Lequel  modèle les oblige, selon le ministère socialiste français, à rapatrier une part obligatoire des bénéfices dans l’entreprise. « Cette raison pousse le gouvernement français et beaucoup de gouvernements dans le monde à s’intéresser de manière pragmatique à cette économie », a-t-il affirmé. Et d’ajouter : « En outre, celle-ci permet de créer des emplois délocalisés   qui répondent aux besoins économiques et sociaux des populations ».
Il convient de rappeler que le ministre, Benoît Hamoun, a eu des entretiens aussi bien avec la ministre marocaine de l’Artisanat et de l’Economie sociale et solidaire, Fatima Marouane qu’avec le président du Conseil économique, social et environnemental, Nizar Baraka. 

Mourad Tabet
Mercredi 19 Mars 2014

Lu 1472 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs