Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Benky se débat encore entre démons et alligators


Questions orales et réponses triviales



Une fois encore Abdelilah Benkirane a transformé la séance des questions orales en une vraie « halka » de bas de gamme où le ridicule tentait de l’emporter sur le reste. Sous la Coupole, mardi dernier, s’emmêlant les pinceaux comme à son habitude et mêlant le politique non pas à l’économique, mais plutôt à du n’importe quoi où une espèce d’humour qui ne fait rire que lui, le disputait au reste, le chef du gouvernement, pour ainsi dire, est resté égal à lui-même.
Dans sa fougue incontrôlée, et en réaction à la démission de Mohamed Achrourou député PAM en protestation contre le désintérêt affiché par le gouvernement à l’égard des habitants de la région d’Oulmès et qui s’est illustré par la mort tragique de six citoyennes suite à un accident de la circulation, mais surtout faute de soins, Benkirane, faisant peu de cas de la gravité de la situation, n’a rien trouvé de mieux que d’oser un insolent « Vous autres députés PAM, vous n’avez qu’à démissionner, comme ça on sera débarrassés de vous tous ». Il sera amené par la suite à présenter ses excuses, ce qui ne lui ressemble pas, mais ce qui ne change non plus grand-chose.
Le Groupe socialiste à la Chambre des représentants devait par la suite rappeler au chef du gouvernement, par la voix de la députée Hasna Abouzeid, ses sempiternelles contradictions qui ne cessent d’affecter l’action gouvernementale. Dans ce sens, elle a rappelé les dissensions entre le chef du gouvernement et son ministre de l’Education nationale et de la Formation professionnelle ou encore entre lui et son ministre de l’Economie et des Finances. Elle lui a également rappelé son fameux «Appelez l’Etat ». « Si le ministre de l’Intérieur fait partie de son cabinet, pourquoi, alors, vous avez dit « appelez l’Etat ? », s’est-elle interrogée. Et de préciser que ce genre de discours et ses contradictions font que les Marocains ont perdu confiance en l’une des institutions du pays, à savoir la présidence du gouvernement.
Et comme à son accoutumée, Benkirane a répondu de manière trop évasive à la question de Hasna Abouzeid, même s’il a reconnu que son gouvernement est tiraillé par des contradictions. Il a, par ailleurs, tenté de semer l’amalgame en faisant  la comparaison entre son gouvernement et celui d’Abderrahman El Youssoufi, oubliant que la Constitution de 2011 a, pour la première fois dans l’histoire constitutionnel du pays, doté le chef du gouvernement  d’importantes prérogatives.
Au sujet de l’enseignement, le député socialiste, Mohamed El Mellahi, n’a pas manqué de relever que le chef du gouvernement a reconnu l’échec de la réforme de l’enseignement public, alors que celle-ci coûte annuellement à la trésorerie de l’Etat 54 milliards de dirhams.  Faute de réponse convaincante, Abdelilah Benkirane a préféré user de détours, affirmant que « le fait de poser cette question est un complot », ajoutant que « celui qui avance que notre enseignement est en situation d’échec a sûrement quelques idées derrière la tête » (sic). Et de préciser que ses propos ne s’adressent pas au Groupe socialiste.
 

Le député PAM Mohamed Achrourou présentant sa démission au président de la Chambre des représentants.
Le député PAM Mohamed Achrourou présentant sa démission au président de la Chambre des représentants.
Reprenant la parole, Mohamed El Mellahi a voulu dissiper le flou, en demandant d’identifier ceux qui sont visés par les propos  d’Abdelilah Benkirane, appelant également le chef du gouvernement à présenter des chiffres et des données sur la situation de l’enseignement, clé de voûte pour l’amélioration de la condition de l’ensemble des couches sociales.
Pour sa part,  le député  Moukhtar Rachdi,  et concernant l’évaluation des politiques économiques et sociales, a interpellé Benkirane sur ce qui a été réalisé  dans le cadre de ce qui est censé être une politique globale et intégrée, à même de  permettre à de larges couches du peuple marocain, particulièrement les plus démunies, de bénéficier des bienfaits du développement  et de pouvoir ainsi se soustraire à la pauvreté, la précarité et la marginalisation.
Dans sa  désormais légendaire fuite en avant, Benkirane n’a pas manqué de se cacher derrière ces démons et autres alligators qui  semblent le hanter sans relâche.  
Lui rappelant une triste réalité que le même Benkirane cherche désespérément à occulter, Moukhtar Rachdi a repris la parole pour souligner que le taux de pauvreté et de précarité qui minent le monde rural  est supérieur 9 fois  à celui du milieu urbain. 
Il est urgent de ce fait d’instaurer un équilibre social à travers la répartition équitable des richesses nationales, et ce en vue de mettre fin aux disparités sociales et territoriales,  a-t-il souligné.

H.T
Jeudi 28 Avril 2016

Lu 1104 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs