Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Benkirane s’apprête à ôter le pain de la bouche du citoyen

La Fédération des boulangers-pâtissiers sera reçue par le chef du gouvernement après l’Aïd




Benkirane s’apprête à ôter le pain de la bouche du citoyen
Le président de la Fédération des boulangers-pâtissiers du Maroc (FBPM), El Houcine Azaz, vient d’annoncer qu’une rencontre avec le chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, aura lieu après la fête de l’Aïd Al Adha pour discuter du cahier revendicatif des professionnels du secteur et notamment la mise en application de l’accord de 2011.
«Le chef du gouvernement nous a promis de se pencher sur ce dossier une fois le gouvernement remanié. Dans ce sens, nous allons nous réunir avec lui après l’Aïd», nous a-t-il précisé.
Récemment, la FBPM a réitéré sa menace d’augmenter les prix du pain si l’Exécutif ne prenait pas en compte les revendications des professionnels et n’appliquait pas l’accord signé entre la Fédération et le gouvernement Abbas El Fassi en octobre 2011.
Ce contrat-programme vise d’une part la stabilisation du prix du pain, et la continuité et le développement de ce secteur, d’autre part.
En outre, le gouvernement a proposé d’autres mesures qui concernent la formation, la création d’une véritable profession de boulanger et la réduction des coûts de l’énergie.
Devant le peu de cas que le gouvernement a fait de ses propres promesses, «nous avons pris la décision d’augmenter le prix du pain. Cette hausse oscillera entre 10 et 30 centimes. Le prix du pain passera, donc, de 1,2 DH à 1,4 et 1,7 DH», indique El Houcine Azaz en précisant qu’une étude réalisée en 2010 par le département des affaires économiques et générales (actuellement ministère des Affaires générales et de la Gouvernance) dans cinq régions du Royaume, avait révélé que le coût réel du pain variait entre 1,42 et 1,67 DH. L’accord de 2011 a été élaboré en prenant compte des résultats de cette étude.
La balle est maintenant dans le camp du chef du gouvernement et de son nouveau ministre des Affaires générales et de la Gouvernance, Mohamed El Ouafa. S’ils ordonnent l’augmentation du prix du pain, ils grèveront dangereusement les maigres finances des ménages défavorisés que les dernières augmentations des prix de certains produits de première nécessité ont largement obérées. S’ils refusent de souscrire à pareille démarche, c’est le secteur de la boulangerie pâtisserie qu’ils mettront dans le pétrin en accélérant davantage sa lente déliquescence. Dans un cas comme dans l’autre, Benkirane et El Ouafa doivent faire montre d’inventivité pour ménager la chèvre et le chou.


Mourad Tabet
Lundi 14 Octobre 2013

Lu 1135 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs