Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Benkirane jette son dévolu sur Salé

Le PJD crie la candidature de son patron sur les toits




Une dernière carte à jouer. Le premier responsable politique des préparatifs des élections du 7 octobre prochain sera également candidat. Il s’est imposé en force dans la circonscription de Salé. Un signe, plutôt un message. Abdelilah Benkirane, secrétaire général du PJD et actuel chef du gouvernement, puisque c’est de lui qu’il s’agit, entend donc brouiller les cartes. Une autre attitude qui démontre que le personnage n’a pas accédé au rang d’homme d’Etat. Il agit, comme toujours, en acteur de perturbation et de brouillage, plutôt que de stabilité. Il faut dire qu’il s’est offert ce rôle en fanfare. Il a convaincu les siens de la nécessité d’une telle «aventure» politique. La guéguerre des candidatures que se livrent les militants de base contre les «protégés» de la direction au sein du PJD ne l’a donc pas touché.  
Quel message veut-il donc envoyer? Les démissions, les défections et la zizanie interne qui prévalent un peu partout dans les sections du Maroc et les protestations des militants de base contre le manque de démocratie interne ont secoué cette confiance en soi ostentatoire. Benkirane réalise, tout à coup, que l’on a déjà outrepassé les conditions de 2011 de pratiquement cinq ans. Il faut désormais compter uniquement sur ses propres moyens.  Pas de coup de pouce, pas de dopage, encore moins de soutien.
Une grande peur donc s’empare du  secrétaire général du PJD et le met hors de lui. Subitement, l’avenir semble flou et il est temps d’entrevoir l’avenir avec un certain réalisme. Le retour aux rangs de l’opposition est ainsi une option concevable, pour quelqu’un qui n’a de cesse de réaliser ses propres sondages et croire en ses chimères. Faire chanter un Etat et le prendre en otage ne peut durer pour longtemps. Et même cette dernière gesticulation d’un homme agonisant, reposant sur le soutien des Etats-Unis, ne pourrait  avoir les mêmes effets qu’autrefois. En 2011, la division Maghreb du département d’Etat n’avait pas prévu une telle victoire avec 107 députés et l’on estimait que  des forces occultes avaient boosté le PJD, printemps arabe oblige. Aujourd’hui, les prévisions étant de loin pessimistes, les conditions de prise en otage ne sont donc plus de mise.

Nouri Zyad
Jeudi 11 Août 2016

Lu 1552 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs