Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Benkirane interpellé par le Groupe socialiste sur les interdictions ayant visé A.I et l’AMDH




Benkirane interpellé par le Groupe socialiste sur les interdictions ayant visé A.I et l’AMDH
S’il y a un gouvernent qui interdit à tout bout de champ et sans qu’il se soucie d’en donner quelque raison que ce soit, c’est bel et bien celui de Benkirane. Amnesty International et l’AMDH, pour ne citer que ces deux associations,  en savent quelque chose. 
Le Groupe socialiste à la Chambre des représentants ne pouvait bien évidemment pas rester indifférent à de tels abus. Aussi n’a-t-il pas manqué d’interpeller le chef du gouvernement sur les raisons pouvant justifier ces deux décisions d’interdiction qui s’en étaient suivies pour trop se ressembler.
La première concerne la colonie de vacances que la section Maroc-Amnesty International avait l’habitude d’organiser tous les étés depuis une quinzaine d’années. La seconde a trait à  l’AMDH qui ambitionne de réunir des acteurs des droits de l’Homme avec la participation des jeunes du Maroc et de l’étranger. 
Par ailleurs, et à l’issue de leur rencontre, la Ligue marocaine des droits de l’Homme et l’AMDH ont,  dans un communiqué commun publié en la circonstance,  condamné vigoureusement  l’interdiction  abusive des activités des deux associations et l’ont considérée  comme un signe d’autoritarisme, de despotisme et d’arbitraire. Les deux instances réitèrent leur demande au ministre de l’Inférieur à présenter ses excuses publiquement à propos de ses déclarations, jugées irresponsables, au Parlement, accusant les associations de servir des agendas étrangers. 
Jugeant ces décisions d’actes graves, la LMDH et l’AMDH exhortent le Conseil national des droits de l’Homme à intervenir et à prendre position sur l’offensive des autorités publiques contre  toute action liée aux droits de l’Homme et le dénigrement du rôle des ONG actives dans le domaine.  Dans leur communiqué, les deux associations  appellent les autorités publiques à revoir  leur politique  qui perturbe certainement  les activités du Forum mondial des droits de l’Homme qui se tiendra en novembre prochain à Marrakech.  Et s’interrogent sur l’intérêt de la tenue de ce congrès en l’absence d’une réelle volonté de l’Etat à respecter les droits de l’Homme et à renforcer les libertés publiques.  

Larbi Bouhamida
Vendredi 19 Septembre 2014

Lu 978 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs