Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Benkirane en flagrant délit de takfirisme : La Dynamique de l’Appel de Rabat charge le chef du gouvernement




La Dynamique de l'Appel de Rabat des organisations démocratiques a décidé d’organiser un sit-in devant le Parlement à l’occasion de la Journée nationale des libertés publiques, tout en dénonçant la campagne de dénigrement takfiriste orchestrée par « les forces passéistes et à laquelle le chef du gouvernement a malheureusement pris part», a assuré un communiqué de presse rendu public au cours de cette semaine.
L’ONG fait sans doute allusion à la campagne initiée par le soi-disant alim, Abou Naim, qui a récidivé dans une nouvelle vidéo postée sur YouTube et dans laquelle il qualifie le président du Conseil national des droits de l’Homme (CNDH), Driss El Yazami, de «mécréant» et d’«apostat» sous prétexte que le CNDH avait publié un rapport sur l’«Etat de l’égalité et de la parité au Maroc» et dont l’une des recommandations consiste en l’instauration de l’égalité homme-femme en matière d’héritage. Allant dans le même sens qu’Abou Naim, le chef du gouvernement a demandé au président du CNDH de présenter «des excuses».
Par ailleurs, la Dynamique de l’Appel de Rabat a décidé d’organiser un atelier sur les motions en matière législative et le droit de présenter des pétitions aux pouvoirs publics vendredi 13 novembre à Rabat.
 A noter que le gouvernement avait présenté deux projets de loi organique fixant les modalités d’exercer par les citoyens le droit de présenter des pétitions aux pouvoirs publics et des motions en matière législative. A vrai dire, ces deux projets ont suscité des critiques des associations de la société civile vu les conditions sévères qui peuvent entraver la mise en œuvre de ces droits. «Quatre ans et plus après l’adoption de la Constitution de 2011, il appert que, jour après jour, le plan législatif du gouvernement et sa conception pour l’opérationnalisation des dispositions relatives aux rôles constitutionnels des associations dans le cadre de la démocratie participative et dans le domaine des motions et des pétitions législatives manquent d’un minimum d’esprit démocratique. Pis encore, ils obéissent à une logique de contrôle et de refus de tout dialogue et de toute différence», a souligné la même source.
Cette ONG qui fédère des centaines d’associations de la société civile,  prévoit également l’organisation, au cours des mois prochains, de cinq autres ateliers sur la loi des associations et le financement de l’action associative, la liberté de rassemblement et de manifestation, l’action de bénévolat, le conseil des jeunes et la Charte de partenariat entre l’Etat et les associations.

M. T
Samedi 7 Novembre 2015

Lu 1391 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs