Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Benkirane à l’épreuve du pouvoir

Le chef du gouvernement ménage le chou et la chèvre et n’a toujours pas proposé de nouveau gouvernement




Benkirane à  l’épreuve du pouvoir
Le remaniement ministériel ne fait plus la «Une ». Et le quotidien porte-parole du parti que dirige le chef du gouvernement est le premier à en tirer les enseignements. Ce lundi 16 septembre, «Attajdid», toujours si prompt à faire la chronique des islamistes au pouvoir, ne consacre pas la moindre ligne à la formation du gouvernement Benkirane II. «Le black-out est total. Fini le temps où, au lendemain de sa désignation au poste de chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane tenait informée l’opinion publique des tractations  pour la constitution de son premier cabinet. La transparence n’a pas résisté à l’incapacité du chef de la majorité à négocier avec le Rassemblement national des indépendants et à gérer les exigences de Mezouar et les siens», commente ce  ténor de l’Union socialiste des forces populaires.
Selon des sources proches des négociations, l’annonce d’un Exécutif remanié n’aura pas lieu dans les prochains jours. «Pas avant une semaine et ce dans le meilleur des cas », croit savoir notre interlocuteur.
Le voyage Royal ne serait pas apparemment un deadline pour le chef du gouvernement en quête d’un remaniement sans y laisser trop de plumes. Jeudi 19 septembre, le Souverain doit en effet s’envoler pour le Mali où il doit assister à la cérémonie d’investiture du nouveau président malien Ibrahim Boubacar Keita.
A l’évidence, il y a blocage. PJD et RNI ne sont pas arrivés à s’entendre. Abdelilah Benkirane est face à un dilemme. Satisfaire les exigences du Rassemblement national des indépendants qui revendique un ministère plein, celui  des Finances équivaudrait pour le chef du gouvernement de sacrifier l’un des siens –ici, El Azami Idrissi, le ministre délégué au Budget- et se mettre à dos son parti dont les militants continuent de brandir l’épouvantail des primes de Mezouar. Benkirane pourra-t-il valablement ménager le chou et la chèvre ? Joue-t-il la montre, le temps que les Bleus revoient leurs ambitions à la baisse ? Attend-il un signal ? Impossible de le savoir.Et la petite phrase lancée par Benkirane, jeudi soir à l’occasion de la présentation de la Charte de la réforme de la justice et  selon laquelle «c’est le Roi qui nomme les ministres » peut être interprétée  comme une manière de se dédouaner.  Ce jour-là, le chef de gouvernement a bien confirmé  aux journalistes sa rencontre avec le Monarque avec lequel il s’est entretenu sur la formation de la coalition gouvernementale.  «La rencontre était aussi informelle qu’officieuse. Elle n’a d’ailleurs pas fait l’objet d’un communiqué du Cabinet Royal. Benkirane  l’a, lui, médiatisée. En a-t-il reçu l’aval au préalable? Ou l’a-t-il fait pour se dédouaner dans un désormais classique ce n’est pas moi, c’est lui ? On a l’impression que le chef du gouvernement essaie d’envoyer un message. C’est en tout cas un message codé qui n’a pas fait taire les inquiétudes. Cela fait des mois que le pays est paralysé parce qu’il y a crise politique et gouvernementale  », fait remarquer cet observateur de la chose politique.
Vous avez dit message codé ? Au pays de la symbolique, Benkirane continue de nourrir et d’entretenir la culture du signal fort…
De son côté, le président du parti de la Colombe n’échappe pas à la pression de sa famille politique. Pas question pour le RNI de quitter les travées de l’opposition pour jouer les roues de secours. La formation politique fondée par l’ancien Premier ministre Ahmed Osman veut intégrer la majorité gouvernementale avec un mandat clair : sortir le pays du marasme économique et ce à travers la détention par ce parti de portefeuilles à caractère économique.
Aujourd’hui, on en est là. Pas de nouveau gouvernement à l’horizon malgré des négociations marathon. Les alliés de Benkirane font montre d’impatience et surtout d’incompréhension. Le spectre d’une année blanche –la loi de Finances doit être déposée au Parlement  au plus tard le 20 octobre- n’en finit pas de planer au-dessus des têtes des partenaires du parti majoritaire.  «On ne s’explique pas tout ce retard. On ne comprend pas non plus pour quelles raisons les quatre leaders de la nouvelle majorité ne tiennent pas réunion pour essayer de débloquer la situation », se demande cette figure de la majorité tout en écartant d’un revers de la main l’éventualité d’un gouvernement d’union nationale, «un recul en termes de démocratie ».
Y aura-t-il déblocage? Des solutions sont-elles à l’étude? Une nouvelle architecture gouvernementale est-elle en préparation ? «En tout cas, il faut s’attendre à des surprises », conclut une source autorisée.

Narjis Rerhaye
Mardi 17 Septembre 2013

Lu 670 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs