Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Benkirane à l’épreuve du pouvoir

La fête du travail a catalysé toutes les colères et le gouvernement fait l’unanimité contre lui




Benkirane à l’épreuve du pouvoir
«Benkirane et son gouvernement sont plus que jamais confrontés à l’épreuve du pouvoir. Les défilés du 1er mai ont été un vrai test. Le chef du gouvernement et le parti majoritaire sont loin d’avoir réussi au test de la popularité et de l’efficacité». Pour ce député de l’Union socialiste des forces populaires, ce 1er mai marque un tournant. Le délai de grâce n’est plus qu’un lointain souvenir. Les «spin doctors» de la communication des islamistes au pouvoir sont fermement invités à revoir leur copie. «Les belles paroles, les sorties populistes, le parler vrai teinté de démagogie ont fait long feu. Même si les chiffres divergent entre organisateurs et services de police, les manifestations de mercredi ont été une démonstration imposante de la colère des citoyens. Les centrales syndicales ont réussi à mobiliser plusieurs centaines de milliers de personnes à Casablanca et Rabat. Ceci est véritablement l’expression d’un malaise profond auquel le gouvernement en place n’a pas su répondre », explique cette syndicaliste qui a défilé à Rabat derrière la bannière de la FDT.
Plus rien ne sera comme avant. Ce 1er mai a catalysé une sorte d’union sacrée au sein de la classe ouvrière. La politique gouvernementale fait l’unanimité, ou presque, contre elle. Et c’est dans les rangs même de la majorité gouvernementale que les critiques ont été les plus acerbes et les discours les plus virulents. La fête du travail a été une aubaine pour Hamid Chabat, le leader de l’Istiqlal et toujours patron de l’aile syndicale du parti, l’UGTM. Le leader istiqlalien, véritable poil à gratter d’une majorité à laquelle il appartient, n’a pas pris de gants pour dire tout le mal qu’il pensait de Benkirane et son gouvernement. A Rabat, face à plusieurs milliers d’affiliés à l’UGTM qui ont défilé sur l’avenue de la Victoire, H. Chabat a fustigé un Exécutif qui, a-t-il soutenu, conduit le pays vers l’inconnu. «Benkirane tente de jouer encore le rôle de la victime en évoquant les crocodiles et les démons  qui perturbent l’action de son cabinet.
Le PJD  instrumentalise la religion et la cause nationale à des fins politiciennes, dans le cadre des préparatifs aux prochaines échéances électorales», lancera-t-il du haut de la tribune avant de rappeler que la participation de l’Istiqlal à la majorité gouvernementale  «n’est pas une raison pour rester muet devant les fausses décisions prises par le chef du gouvernement».
La fête du travail a été une occasion grandeur nature pour mettre à nu les dissensions qui minent la majorité gouvernementale.
«Remanier ou partir»
Ce jeudi 2 mai, la presse istiqlalienne donnait le ton. «Un premier mai historique de l’UGTM  à Rabat», «Mobilisation syndicale sans précédent», «Le revirement du gouvernement impacte négativement la situation sociale», a titré en grande pompe l’Opinion. Par la grâce d’un 1er mai éminemment politique, la revendication du remaniement ministériel est revenue en force. A ce que les Istiqlaliens ont qualifié de «meeting de la vérité», Chabat en a appelé à un remaniement pour que soient assurés «le développement du pays et la dignité des Marocains». «Le secrétaire général de l’Istiqlal a été encore plus clair en laissant entendre qu’il fallait remanier ou partir», relève un syndicaliste encarté UGTM.
A Casablanca, le bras syndical du PJD, l’UNTM, n’aura pas réussi à convaincre malgré la présence d’Abdelilah Benkirane en guest star. Celui qui préside aux destinées du gouvernement et des islamistes du PJD a eu beau jeu de fustiger les centrales syndicales qui ont boycotté la réunion du dialogue social. «Des perturbateurs ne font que renforcer la popularité de l’équipe gouvernementale», s’est-il écrié.  Dans la foulée, A. Benkirane a identifié d’étranges parties et centrales syndicales  nostalgiques d’un mode de contrôle et de répartition des richesses révolu et auxquelles serait confronté son gouvernement. «Le syndrome des poches de résistance n’est pas près de quitter le patron du PJD. Ce gouvernement montre son incapacité à mener des réformes, à affronter la crise, à trouver des solutions pour améliorer les conditions de vie des Marocains», commente cette figure de la FDT, un syndicat proche de l’USFP.
Ce 1er mai, les centrales syndicales ont fait le plein. «Et cela faisait bien longtemps que cela n’était pas arrivé. Mais la situation est tellement grave que la mobilisation s’est faite spontanément. Il fallait tirer la sonnette d’alarme», précise cette femme de gauche qui a battu le pavé toute la matinée de mercredi. Cette mobilisation est-elle  seulement ponctuelle ou annonciatrice d’un front anti-politique gouvernementale ? En tout cas, ce 1er mai 2013, Driss Lachgar, le Premier secrétaire de l’USFP, a appelé «à la nécessaire formation d’un front social pour contrer la politique anti-sociale et anti-populaire de l’Exécutif Benkirane».

Narjis Rerhaye
Vendredi 3 Mai 2013

Lu 1066 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs