Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bâtiments et travaux publics : La guerre des salons aura bien lieu




La multiplication des expositions, foires et salons, organisés chaque année au Maroc et destinés au secteur de la construction, n'est plus du goût des organisations professionnelles de la filière. Un appel a été lancé aux membres et partenaires de ces organisations, tant publiques que privées, pour boycotter ces salons.
Selon un communiqué conjoint en cours d’élaboration par la Fédération des industries des matériaux de construction (FMC), la Fédération nationale du BTP (FNBTP), la Fédération marocaine du conseil et de l’ingénierie (FMCI),  de l’Ordre national des architectes (ONA) et l’Ordre national des ingénieurs géomètres topographes (ONIGT), seuls le Salon international du bâtiment (SIB) et le Salon du matériel de chantier (BTP Expo), qui existent respectivement depuis 1983 et 1998, sont reconnus comme répondant au besoin de ces  professions et méritant du coup d’être soutenus.
A cet effet, un appel a été lancé  afin de ne ménager aucun effort pour supporter et renforcer ces deux  manifestations professionnelles, à l’exclusion de toute autre du genre. Il va même jusqu’à demander aux professionnels de ne participer à aucune autre manifestation du genre en tant qu’exposants, sponsors, animateurs ou simple visiteurs.
A en croire ces professionnels,  il n’y a pas de place pour toute autre manifestation qui ne peut avoir qu’un caractère d’opportunité commerciale et mercantile, précise le communiqué.
 «On est contre  toute tentative de division du marché et d'affaiblissement de la profession», nous a confié un professionnel sous le seau de l’anonymat. Selon lui, le secteur du bâtiment qui connaît un essor sans précédent depuis ces trois ou quatre dernières années, le plaçant en tête des autres secteurs de l’économie marocaine en termes de volume des investissements réalisés, a besoin d'être unifié, pas divisé. Du coup, il estime qu’il faut un salon institutionnel qui soit l'interlocuteur des pouvoirs publics  et non la création des "salons bis" qui portent préjudice à la profession.
Un constat que partage largement Aziz Alami, directeur de l’Office des foires et expositions de Casablanca (OFEC), qui estime que si la multiplication des salons est un phénomène positif, elle ne doit pas se faire dans l’anarchie. « Multiplier les manifestations n’est que bénéfique pour le secteur. Mais cela doit se faire dans les règles de l’art et les exigences professionnelles.  On ne peut qualifier toute manifestation commerciale de foire», a-t-il précisé.  
 Pour lui, la position de la FNBTP est logique, mais il a tenu à préciser que si elle est libre à appeler ses membres et ses partenaires à boycotter ces manifestations, elle n’est pas, pour autant, habilitée juridiquement à interdire ces manifestations à d’autres opérateurs ou agences de communication.
Le directeur de l’OFEC estime qu’il est temps pour le secteur des foires et expositions d’être réglementé. « Car si la liberté d’action est garantie, il reste qu’elle n’est pas encadrée », a-t-il souligné.

Hassan Bentaleb
Jeudi 5 Janvier 2012

Lu 853 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs