Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Barbarie ramadanesque




Dégoûtant. Révoltant. Barbare. Quels autres mots pourraient servir à résumer ce que l’on ressent, à la vue de cette photo, d’une autre époque, d’une autre ère. Une photo en déphasage complet avec ce Maroc qui se veut déterminé à trancher à jamais avec ces ignobles pratiques qui ont fait trop de victimes et qui ont par là même trop terni son image à travers le monde.
Le cliché est d’autant plus crédible, d’autant plus consternant, dirions-nous, qu’il est publié en une de notre alter ego « Al Ittihad Al Ichtiraki » du 25 août courant, soit le quatrième jour du Ramadan, et non sur quelques pages jaunes de publications  avides de sang et de sensationnel. Un homme tout en sang tenant une petite fille, un bébé presque. L’article correspondant éclaire notre lanterne, ajoutant à notre affliction. C’était là, non pas l’œuvre de quelques vulgaires malfrats, n’hésitant devant rien pour atteindre les citoyens dans leur corps et leurs biens, mais bel et bien l’œuvre d’une troupe de Forces auxiliaires, des personnes chargées d’assurer la sécurité des citoyens. Drôle de manière de le faire. Ces « agresseurs légaux » auraient agi de la sorte parce qu’ils ne pouvaient accepter que ce père de famille, un Marocain résidant à l’étranger, se soit permis de s’opposer à leur manière de s’en prendre à quelques marchands ambulants. C’était assez pour que  les coups pleuvent de toutes parts, sans égard pour cette petite enfant que ces trop braves forces de l’ordre ont dû terroriser, traumatiser à jamais. Ont-ils assez de jugeote pour comprendre que c’est tout le Maroc qu’ils auraient réussi à tuer en elle ? Et à jamais. C’est peut-être trop leur demander.
Rien ne peut justifier une réaction aussi stupide, aussi sauvage. L’Etat de droit, ça leur dit quelque chose ? Ils auraient pu  l’embarquer, surtout qu’ils étaient  assez nombreux, sept comme par magie, sauf que leur « baraka », équivalait à de la bastonnade, dresser un procès-verbal en  bonne et due forme et laisser la procédure qui distingue un Etat de droit des viles dictatures, des républiques bananières ou … auxiliaires, suivre son cours.
Il est sûr que la responsabilité n’incombe pas aux sept exécutants précités. Que peut-on attendre d’agents que l’on munit de lourdes matraques avant de les lâcher dans la nature ? Et dire que l’on compte les doter d’armes à feu.
Aïe !
En acte final, la troupe des braves qui a  sévi, un mois de Ramadan qui plus est, a pris la poudre  d’escampette, une fois sa triste besogne achevée. Drôle de manière d’assurer l’ordre.

Mohamed BENARBIA
Jeudi 27 Août 2009

Lu 1253 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs